Soudan du Sud: Omar el-Béchir se fait menaçant

Mercredi, le président soudanais a menacé de renverser le gouvernement sud-soudanais, après avoir accusé le Sud de tenter de renverser son gouvernement. Omar el-Béchir a poursuivi sa rhétorique menaçante jeudi lors d’un discours devant une brigade de «défense populaire» qui doit se diriger vers Heglig. La cérémonie a eu lieu à Al-Obeid, dans l’Etat de Kordofan. «Le Soudan va couper la main qui lui fait du mal», a dit Omar el-Béchir, un ancien officier de l’armée soudanaise qui a combattu l’Armée populaire de libération du Soudan durant la guerre civile de 1983-2005. Omar el-Béchir a pris le pouvoir à Khartoum lors d’un coup d’Etat militaire en 1989. La prise d’Heglig par les troupes sud-soudanaises «a ravivé l’esprit du jihad et du martyre chez le peuple soudanais», a-t-il dit aux 2300 hommes de la brigade, selon les propos rapportés par l’agence de presse soudanaise. D’après le porte-parole du gouvernement sud-soudanais, Barnaba Marial Benjamin, le Soudan du Sud ne considère pas être en guerre contre le Soudan. Le Sud défend un territoire qu’il estime être le sien en vertu des frontières définies en 1956 par les colonisateurs britanniques, a-t-il dit. «Jusqu’à maintenant, nous ne sommes pas entrés au Soudan, a assuré M. Benjamin. Omar el-Béchir, accusé de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité au Darfour par la Cour pénale internationale, fait l’objet d’un mandat d’arrêt international.

Lire l’article complet sur journalmetro.com

Share This

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>