Par Caroline B. Glick Se retourner vers Téhéran

Par Caroline B. Glick Se retourner vers Téhéran

Jerusalem Post 24/12/10 – Adaptation française de Sentinelle 5771 ©

Il y a deux semaines, l’Iran a obtenu une victoire massive. La Jordanie, l’allié le plus stable et loyal de l’Occident dans le monde arabe, a commencé de se retourner vers la Gomorrhe iranienne.

Le 12 Décembre, le directeur de cabinet d’Ahmadinejad, Esfandiar Rahim-Mashei a rencontré le roi de Jordanie Abdullah II à Amman et lui a remis une invitation formelle d’Ahmadinejad pour une visite d’Etat en Iran. Abdullah accepta.

Selon l’agence d’information iranienne ISNA, Mashei déclara que la visite d’Abdullah ouvrira une nouvelle page dans les relations bilatérales et que les « les deux pays ont un potentiel immense pour travailler ensemble ». Mashei ajouta : « Si des Etats islamiques restent unis, aucun pays ne sera menacé ». Pour sa part, Abdullah aurait déclaré que son pays reconnaît les droits nucléaires de l’Iran et soutient son accès à une technologie nucléaire pacifique.

Abdullah a été l’un des premiers dirigeants mondiaux à sonner l’alarme sur l’Iran. En 2004, Abdullah prévint de la constitution d’un « croissant shiite, s’étendant de l’Iran à l’Irak, jusqu’à la Syrie et au Liban. Ses déclarations furent bien rapportées à l’époque. Mais son avertissement resta lettre morte.

Dans l’intervalle de six ans, la réalité a dépassé les pires craintes d’Abdullah. Non seulement le Liban et la Syrie sont tombés sous le contrôle iranien, mais l’Irak, la Turquie, le Qatar, Gaza et de plus en plus Oman, le Yémen et l’Afghanistan sont aussi des membres volontaires ou involontaires de cet axe.

Face au réseau d’influence en expansion de l’Iran et aux progrès constants des mollahs vers la capacité nucléaire, Washington se comporte comme si il n’y avait aucune source de tracas. Et les émules de la Jordanie sont à leurs côtés.

Dans un câble de WikiLeaks fuité en avril 2009 et rédigé par l’ambassadeur américain en Jordanie, Stephen Beecroft, la frustration et la préoccupation de la Jordanie concernant l’incompétence du gouvernement Obama dans la prise en charge de la menace iranienne étaient claires.

Beecroft écrivait : « Les dirigeants de Jordanie prennent soin de ne pas dicter leur attitude aux USA, mais leurs commentaires trahissent un puissant courant souterrain de doute sur la capacité des Etats Unis à savoir comment traiter efficacement l’Iran.

D’un côté, le sénateur jordanien Zaïd Rifai a imploré les USA de bombarder les installations nucléaires de l’Iran. Rifai déclara : « Bombardez l’Iran, ou bien vivez avec une bombe iranienne. Des sanctions, des carottes, des incitations ne marcheront pas ».

Mais de l’autre côté, les Jordaniens ont mesuré que le gouvernement Obama était engagé dans des discussions avec l’Iran et ils ont donc essayé de convaincre les Américains de s’assurer que la conduite de leurs discussions ne se faisait pas aux dépens des Arabes.

Beecroft rapporta un avertissement clair d’Abdullah. Celui-ci garantissait que si les Arabes croyaient que les USA se compromettaient avec l’Iran à leurs dépens, « cette compromission mettra en branle la débandade des Etats arabes cherchant à se tenir au-dessus de la vague pour obtenir leur propre paix séparée avec Téhéran ».

« Le roi Abdullah indiqua à l’envoyé spécial George Mitchell en Février 2009 que des discussions directes entre les USA et l’Iran à cette date ne feraient qu’approfondir les fossés interarabes et que davantage de ‘pays sans colonne vertébrale’ feraient défection vers le camp iranien ».

Cela se produisait alors. Et depuis, le gouvernement Obama n’a rien fait après que le dictateur Mahmoud Ahmadinejad et ses acolytes eurent volé l’élection présidentielle. Il n’a rien fait alors qu’ils réprimaient les dizaines de millions d’Iraniens qui manifestaient contre la fraude électorale. Le gouvernement Obama ne fit rien alors que l’Iran menait des préparatifs de guerre le long du détroit d’Ormuz, faisait avancer son programme nucléaire, approfondissait ses alliances militaires avec la Turquie et le Venezuela et menait l’escalade de sa guerre par procuration contre les USA et leurs alliés en Afghanistan.

Les Américains n’ont rien dit alors que l’Iran empêchait la faction pro-USA qui avait gagné les élections en Irak de former un gouvernement. Ils ne firent rien quand l’Iran força la réinstallation du Premier Nouri Maliki malgré sa défaite électorale.

Alors que Washington se tenait tranquille face à l’agression de l’Iran, la Jordanie et les autres Etats arabes alliés des USA observaient comment Obama harcelait Israël, annonçait son plan de retrait de toutes les forces américaines d’Irak l’année prochaine, nommait un nouvel ambassadeur en Syrie et approuvait une aide militaire supplémentaire à l’armée libanaise contrôlée par l’Iran. Et Abdullah et d’autres Arabes observent maintenant combien les USA sont enclins à entamer encore un nouveau round de pourparlers de compromis avec l’Iran le mois prochain.

Contrairement aux précédents rounds de négociations ratés, le prochain round raté aura lieu en Turquie. Des officiels iraniens exultent déjà parce que le Premier ministre turc Recip Tayyip Erdogan agira comme le protecteur de l’Iran au cours des pourparlers, et ils mettront fin ainsi au faux-semblant d’isolement diplomatique iranien sur la question nucléaire.

Ainsi, exactement comme Abdallah avait prévenu que cela arriverait, il dirige aujourd’hui la Jordanie au sein des « pays dépourvus de colonne vertébrale » et faisant une paix séparée avec Ahmadinejad. La Jordanie est un pays faible. Son régime hachémite n’est pas parvenu à dominer sa majorité palestinienne. Et depuis sa conception par les Britanniques en 1946, la Jordanie a dépendu des puissances occidentales et d’Israël pour survivre.

En agissant ainsi, Abdullah se place dans les traces de son père. L’ancien roi Hussein a survécu en surveillant étroitement les vents dominants et en prenant toujours le parti qu’il croyait le plus puissant à tout moment.

Quand Hussein croyait que l’Occident et Israël s’affaiblissaient, il allait vers leurs ennemis. Il rejoignait l’alliance occidentale après que celle-ci eût vaincu ses ennemis, et l’eût convaincu ainsi qu’elle était la plus forte. Des exemples notables de cette attitude : son alliance en 1967 avec l’Egypte et la Syrie contre Israël et sa décision en 1990 de rester avec le dirigeant irakien Saddam Hussein à la suite de la conquête du Koweït par Hussein.

On prétend souvent à tort que prendre le parti du cheval le plus puissant métaphoriquement est d’abord une attitude arabe. A la vérité, tout le monde le fait.

Prenez la France par exemple.

Dans un autre câble diplomatique fuité par WikiLeaks, l’ambassade des USA à Paris a rapporté que le président français Nicolas Sarkozy considère que les Palestiniens sont plus puissants qu’Israël.

Le rapport déclarait que lors de l’entretien de juin 2009 entre Sarkozy et le Premier ministre Benyamin Netanyahou, il déclara au dirigeant israélien qu’il devait céder à toutes les exigences palestiniennes parce qu’à son avis, les Palestiniens sont plus puissants que ne l’est Israël.

Avant que Sarkozy n’entre en fonction, il était considéré comme un grand partisan d’Israël et un ami personnel de Netanyahou. Mais depuis cette date, il a pris le parti des Palestiniens contre Israël. Il s’est montré plein de sympathie avec la Syrie. Tout récemment, il a donné son accord pour vendre cent missiles antitank de la dernière technologie à l’armée libanaise contrôlée par le Hezbollah.

A la lumière de ses commentaires à Netanyahou, il est clair que ce qui motive l’action de Sarkozy, c’est son analyse de l’équilibre des forces entre Israël et ses ennemis. Fort heureusement pour Israël, Sarkozy a tort. Israël est plus puissant que les Palestiniens et dispose de la capacité de se défendre efficacement contre ses ennemis.

Malheureusement pour Israël, l’analyse de Sarkozy est probablement fondée en grande partie sur des arguments qu’il a entendus de la part de la Gauche israélienne sous l’influence du Parti Kadima. Au cours des années passées, les dirigeants de Kadima ont fait en sorte de convaincre les meilleurs amis du pays qu’Israël n’a pas d’autre option que de céder.

Cela est dû à l’obsession de Kadima sur la démographie et à son plan, démenti par les faits, d’extraire Israël de ce qu’il considère être une condamnation démographique prédéterminée.

Selon les émules de la dirigeante de Kadima Tzipi Livni, le fait qu’il y ait 6 millions de Juifs et 4 millions d’Arabes à l’Ouest du Jourdain signifie qu’Israël n’a pas d’autre choix que de céder la Judée, la Samarie et Jerusalem aux Palestiniens. En ce qui concerne Livni et ses camarades de Gauche, une telle décision ne fera en rien diminuer le nombre d’Arabes à l’Ouest du Jourdain.

Il n’y a pas de différence entre la Gauche israélienne et l’Etat palestinien qu’ils espèrent construire, et qui fera venir – avec leur consentement – des millions d’immigrants arabes supplémentaires sur la partie occidentale de la rivière Jourdain, et transformera ainsi rapidement les Juifs en minorité, menant à la guerre comme conclusion prévisible.

En bref, à travers leur argument démographique stupide – suivant lequel ils cèdent toutes les revendications israéliennes sur sa capitale, et sur le territoire stratégiquement vital sur lequel Israël détient des droits historiques et légaux valides – Livni et ses collègues déclarent aux émules de Sarkozy que non seulement Israël est plus faible que les Palestiniens, mais encore ils disent à ces excellents amis qu’Israël est condamné à la destruction et qu’ils n’ont aucune raison de le soutenir.

S’appuyant sur ces prétentions, la décision de Sarkozy de faire une paix séparée avec l’Iran via ses vassaux palestiniens, syriens et du Hezbollah prend tout son sens.

Il est important de garder cela à l’esprit si l’on considère que la campagne pour délégitimer Israël gagne de l’ampleur. Etant donné le sentiment alimenté par des Israéliens parmi des gouvernements importants qu’Israël est une cause perdue, comme ils la voient, ils n’ont aucune raison de défendre Israël contre ses détracteurs. De leur point de vue, leurs intérêts sont mieux servis soit en se tenant en marge ou encore en transformant Israël en cheval faible.

Tout cela n’est pas pour dire que la Gauche provoque volontairement le naufrage du bateau de l’Etat. Elle n’est que la victime de son propre succès. La Gauche a convaincu l’Europe et les Arabes qu’elle est entièrement dédiée à la compromission et que comme les USA sous Obama, Israël ne combattra pas ses ennemis.

La Gauche croyait qu’en convaincant les Arabes et les Européens qu’Israël veut vraiment un compromis avec ses ennemis pour parvenir à une alliance avec l’Etat juif. Et puisque l’Europe est plus puissante qu’Israël, et les Arabes sont une menace pour Israël, en gagnant leur faveur, la Gauche croyait que cela renforcerait Israël.

Ce que la Gauche n’est pas parvenue à identifier, c’est que l’Europe et les Arabes passeraient plus volontiers un accord avec l’Iran plutôt que de se défendre eux-mêmes contre celui-ci. Israël acceptant de céder ne leur sert à rien.

Ils n’apprécient Israël que lorsqu’il est victorieux.

Aujourd’hui, cette faiblesse a poussé la Jordanie de l’autre côté.

La leçon de tout cela pour Israël est claire. Au cours des 17 années passées, au beau milieu de la cécité stratégique de la Gauche, Israël a passé son temps à souligner ses faiblesses et les forces de ses ennemis. Il faut inverser cette pratique. Israël doit aujourd’hui se concentrer sur ses forces et les faiblesses de ses ennemis.

Par exemple, Israël possède un droit plus puissant sur les territoires disputés que les Palestiniens. Et Israël est plus fort que les Palestiniens pour tout étalon mesurable.

De leur côté, non seulement les Palestiniens sont faibles militairement, mais ils n’ont rien à offrir à qui que ce soit. Parce que la cause nationale palestinienne a beaucoup plus à voir avec la destruction d’Israël que dans la construction d’un Etat, le curriculum palestinien est fait de destruction et pas de création. Et cette tendance destructive s’exprime dans tous les domaines.

L’Iran aussi est beaucoup moins puissant qu’il n’y paraît. Depuis le virus maliciel ‘Stuxnet’, à une économie chancelante, depuis le sabotage intérieur croissant jusqu’aux tentatives continues de l’opposition de renverser le régime, le ventre mou de l’Iran est accessible. Et il devient toujours plus mou.

A l’opposé, Israël a un gouvernement stable, et sa puissance économique, technologique et militaire est constamment en croissance. Israël est une force sur laquelle il faut compter.

Le mouvement de la Jordanie vers le camp iranien n’est pas inexorable. Pas plus que celui du Liban, ni même de la Syrie. C’est vrai, au grand dam de la Gauche, Israël n’a pas le choix de se joindre aux « pays sans colonne vertébrale ».

Mais nous disposons d’un meilleur choix. Nous sommes forts et nous pouvons devenir plus forts. Et nos ennemis ont des faiblesses et nous pouvons les affaiblir encore davantage.

 

caroline[at]carolineglick.com

Lire l’article original en anglais sur Jerusalem Post

Share This

About the author

1 comment

  1. Akerman Michel Netanya

    L’attitude de la Transjordanie n’a pas changée, comme l’UE et les émirats du Golfe, elle se tourne vers celui qu’elle estime aujourd’hui le plus fort (le nazi iranien Ahmadinejad) et qu’elle n’ose affronter ou contrer.

    J’ ai encore dans l’oreille les paroles de Nasser au petit roi Hussein pour le convaincre d’attaquer Israël en juin 1967 et affirmer ensuite avoir été obligé de riposter à Tsahal. Europe N° 1 (radio française aujourd’hui totalement pro palestinienne) avait édité un disque 30cm sur la guerre des 6 jours commenté par Julien Besançon. Il faudrait le réécouter, la France n’a plus de reporters impartiaux comme Besançon, c’est maintenant le faussaire Enderlin et l’AFP qui donnent le ton. .

    J’ajouterai ceci à cette analyse de Caroline Glick : je ne pense pas qu’Hussein Obama se trompe, je pense qu’il SAIT quels sont les dangers que représente l’Iran et il a choisi délibérément de ne pas l’affronter !

    N’oublions jamais qu’il a fait ses premières études dans une école coranique en Indonésie. Toute sa carrière politique et le choix de tous ses “amis” ou conseillers sont marqués par son passé de bon musulman.

    Le choix de la gauche israélienne ou de Sarkozy est différent. Il est le résultat de la lâcheté, de la veulerie, de la peur et, surtout, de la haine des religieux Juifs prêts à oublier les chartes de l’OLP et du Hamas.

    Le Peuple Juif va se réveiller et, sans aucune aide extérieure, saura de défendre et gagner cette nouvelle guerre dont l’enjeu est, comme toujours, notre disparition.

    Bonne semaine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.