Une navigatrice venue d’Amérique du Sud

La petite « poupée indienne » adoptée il y a une vingtaine d’années, alors qu’elle était encore un bébé, par une famille d’une localité du Golan fait aujourd’hui la une de l’actualité. La jeune fille de 21 ans, originaire d’Amérique du Sud, vient de terminer avec succès son cours d’officier de l’armée de l’Air et sera l’une des rares femmes à devenir navigatrice dans des avions de combat. Dans le yichouv où elle a grandi, N. a toujours été une figure dominante et très appréciée. Elle s’est toujours distinguée notamment pour son amour d’Israël et ses excellents résultats scolaires. N. a deux frères plus âgés, issus du premier mariage de son père. Ses parents ont raconté : « Nous l’avons adoptée lorsqu’elle avait six mois et nous l’avons ensuite élevée ici ». Ils ont ajouté : « Depuis sa tendre enfance, elle a toujours fait preuve de nombreux dons et elle est devenue une enfant très aimée ». N. est, entre autres, une grande joueuse de basket et sait également jouer de deux instruments de musique, la guitare et le piano. Au départ, N. ne souhaitait pas suivre le cours d’officier de l’armée de l’Air, préférant être incorporée dans une unité combattante. Mais lorsqu’elle a découvert l’importance des missions qu’elle pourrait accomplir, elle a finalement décidé de se lancer dans l’aventure et elle ne le regrette pas. Elle affirme que cela n’a pas été trop difficile et elle apprécie tout particulièrement l’ambiance de franche camaraderie qui règne entre les recrues qui ont été sélectionnées et qui sont d’un niveau particulièrement élevé. Tout le monde attend maintenant avec impatience la cérémonie prévue ce jeudi, au cours de laquelle les élèves officiers recevront leurs galons. L’émotion est grande dans le village dont deux autres jeunes membres ont également passé les tests avec succès. Les habitants sont encore impressionnés par la réussite de la jeune fille, qui « venue de la jungle des Amazones, est arrivée à un poste élevé de Tsahal, procurant joie et fierté à sa localité ». Et le fait qu’elle soit une femme est également un exploit, étant donné qu’elles sont très rares dans ce domaine. « Mais pour nous, précisent-ils, il était clair qu’elle irait loin avec sa motivation. Pour réussir ce cours d’officier, il ne faut pas seulement faire preuve d’intelligence mais également de détermination en ne perdant pas de vue l’objectif visé, qualités dont elle est largement dotée ». « Elle est notre fierté à tous », ont-ils conclu.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.