Gaby Nasr – Caprices des dieux

Divan le Terrible, éminent psychiatre du landernau politique local, a dressé une liste non exhaustive des caprices et autres idées fixes des principaux patrons du cru. Le mimétisme flagorneur aidant, ces lubies s’infiltrent par osmose à l’intérieur du neurone unique de leurs sous-fifres et partisans, poussant ces derniers à en épouser l’essentiel pour s’en aller ensuite les servir en grosses tranches épaisses. Bref, le patron accouche sa toquade, puis ses larbins la débitent sous forme de propos d’entonnoir.

Après Istiz Nabeuh, devenu expert pompiste de pétrole virtuel, ainsi en est-il du Sayyed Barbu, qui nous sert du juif et de l’amerloque à toutes les sauces. Depuis le temps qu’il est tapi sous terre, assis sur une quincaillerie militaire qui vaut son pesant de caviar iranien, on a tous fini par bien l’apprendre sa leçon : un, Israël et les …tats-Unis c’est caca ; deux, l’Occident décadent est une fange d’espions et de comploteurs. Seule Radio Téhéran, la station des bonnes nouvelles gazouillées à Mahmoud Ahmadinejad, permet à ce patron spécialiste de l’animation fulminante d’émerger de son sommeil tourmenté.

Son pendentif et alibi chrétien Orangina, lui, n’a ni quincaillerie armée et encore moins du caviar. Alors le patron de Rabieh se rabat sur la monomanie du solitaire aigri : la lutte contre la corruption. « Tous pourris sauf moi. » Une formule toute simple, inventée au début du siècle dernier par le général Boulanger en France et qui continue de faire ses preuves chez nous auprès des métayers de Batroun, du Kesrouan et de Jezzine. L’espoir fait vivre“¦

Autre idée fixe commune à tous les patrons : l’implantation des Palestiniens. Un gag digne du comique de répétition, destiné à faire croire aux niaiseux que ces derniers vont retourner chez eux demain à l’aube. Que le premier qui les voit rentrant en Palestine lève le doigt ! Et d’ailleurs, le vieux Mahmoud Abbas en voudrait-il, du fond de sa voie de garage ? Ce qui n’empêche pas Barbichu et tante Bahia de faire le grand écart en tentant à la fois de câliner ce vivier communautaire et de jurer la main sur le portefeuille qu’ils ne feront rien pour le laisser prendre durablement racine.

Bref, à chaque patron sa marotte et les Suisses d’Orient seront bien parqués. Comme disait quelqu’un d’autre et à propos d’autre chose, il n’y a que dans le vocabulaire des couturiers que patron est synonyme de modèle

Lire l’article complet sur lorientlejour.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.