La fête du 15 chevat et ses rites

La fête du 15 chevat, appelée familièrement « tou bi-chevat », marque le début du printemps en Israël. Les pluies sont alors à l’apogée de leur puissance, et la terre leur répond par une profusion de bourgeons parfumés. Pour marquer ce moment, les enfants plantent des arbres. Au 17ème siècle, les kabbalistes, les mystiques juifs de Safed, ont institué un séder spécial. Leurs efforts ont été influencés par la signification ésotérique du verset : « Car l’homme est comme l’arbre du champ » (Devarim 20, 19). A l’imitation du séder de Pessa‘h, celui de tou bi-chevat inclut la consommation de quatre verres de vin avec des pourcentages variables de vins rouges et blancs, représentant peut-être le décalage des saisons de l’année. Outre le vin, on consommera quinze sortes de fruits, en privilégiant ceux qui poussent naturellement sur la terre d’Israël : raisin, datte, figue, grenade et olive, répartis selon certains à raison de cinq de chacune de ces trois catégories : 1) fruits avec une enveloppe externe non comestible et une partie centrale comestible : ananas, noix de coco, orange, pomelo, banane, noix, noix de pécan, pamplemousse, carambole, pignons, grenade, papaye, noix du Brésil, pistaches, amandes. 2) fruits à chair extérieure comestible et savoureuse et à intérieur non comestible : olive, date, cerise, nèfle, pêche, abricot, jujube, kaki, avocat, prune, ou micocoulier. 3) fruits entièrement comestibles, sans coquille ni pelure, pouvant être consommés entièrement : fraise, raisin, raisin sec, figues, framboises, myrtilles, canneberges, caroubes, pommes, poires, kiwi ou coing. (D’après www.hillel.org) Jacques KOHN

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.