Qui dirigera le Parti travailliste ?

Le Parti travailliste, qui vient de connaître une scission qui pourrait lui être fatale, essaie tant bien que mal de se ressaisir. D’après un sondage publié vendredi matin par le quotidien Maariv, 46 % des Israéliens pensent « qu’il a achevé sa mission historique ». Concernant les remaniements au sein de la formation, 20 % estiment qu’Itshak Herzog serait le meilleur candidat à la présidence du parti. La députée Shelly Yachimowitz le suit de près, avec 19 % des suffrages. En troisième position arrive Amram Mitsnah, qui a dirigé le parti lors des élections pour la 16 e Knesset. Dans ce contexte, quelques centaines de supporters travaillistes se sont réunis jeudi soir dans la salle des congrès de Bet Berl, pour exprimer leur soutien aux huit parlementaires restants, abandonnés par Barak et ses associés. Ils ont tous exprimé leur colère contre leur ancien leader qui les a quittés pour rester dans la coalition de Binyamin Netanyahou. Parmi les personnalités qui se sont distinguées au cours de cette soirée, on peut citer Amir Peretz, qui a présidé un temps aux destinées du parti et qui reparle maintenant, après avoir été réticent, de revenir à la tête de la formation. Mais il y a bien entendu d’autres candidatures comme celle de Shlomo Bohbot, président du Centre des Collectivités locales, qui semble lui aussi attiré par le poste. Le groupe parlementaire travailliste doit se réunir dimanche pour décider notamment s’il doit attendre les primaires pour procéder à certains changements internes. Autre option, proposée par Herzog : organiser des élections d’ici deux mois avec les risques de division que cela comporte.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.