Nucléaire : pessimisme en Occident

Le premier tour des pourparlers entre l’Iran et les pays occidentaux à Istambul s’est soldé par un échec prévisible. La ministre des Affaires étrangères de l’Union Européenne, Catherine Ashton, s’est dit « déçue, car les conditions exigées par Téhéran sont inacceptables ». Cette déception paraît étrange quand on sait qu’il s’agit de la énième série de pourparlers, et que la tactique de l’Iran est invariablement la même : accepter de se rendre à la table des négociations pour gagner du temps, mais sans bouger de ses positions. Parallèlement, la Fédération Scientifique Américaine a publié un rapport qui contredit les déclarations officielles, et qui affirme « que durant l’année 2010, l’Iran à accéléré le rythme de l’enrichissement d’uranium et a multiplié ses efforts pour acquérir des matériaux pouvant servir à la fabrication de l’arme atomique ». L’Iran ne se prépare apparemment pas à une « solution pacifique », comme en parle et le souhaite tant le Président américain, et vendredi, l’émissaire du Quartet pour le Proche-Orient, Tony Blair, a déclaré « qu’il faut probablement se préparer à une guerre contre l’Iran ».

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.