Fin de l’exonération

Le ministre des Finances, Youval Steinitz, a pris une mesure qui s’est répercutée sur le cours des devises étrangères. Sa décision concerne en effet le marché des devises. Pourtant, aucune démarche effective n’a été entamée par lui ou par son ministère à ce jour. Il a simplement déclaré qu’il avait l’intention d’œuvrer pour l’annulation de l’autorisation de ne pas payer d’impôts pour les investisseurs étrangers détenteurs d’obligations sur l’Etat et d’emprunts à court terme. Cette possibilité de changement va être soigneusement étudiée par une équipe gouvernementale dirigée par le directeur général du ministère des Finances, Haïm Shani, qui observe de près, depuis plusieurs semaines, les fluctuations des marchés des changes. En revanche, la décision d’augmenter le taux d’intérêt d’encore 0.25 % par le Gouverneur de la Banque d’Israël, Stanley Fisher, a tendance quant à elle à faire remonter le cours du shekel par rapport aux autres monnaies. Malgré les apparences, le ministère des Finances et la Banque d’Israël poursuivent un objectif commun: il s’agit sinon de mettre fin du moins de juguler la spéculation qui touche le marché des devises étrangères. La Banque d’Israël a de nouveau fait l’acquisition de nombreux dollars, pour ralentir la montée du shekel qui met en difficulté la situation économiques des sociétés qui misent sur l’exportation. Cependant, l’un des facteurs prépondérants, au sujet du cours du shekel, comme l’a souligné Stanley la semaine dernière, dépend de la croissance économique aux Etats-Unis. Plus elle sera forte, moins le shekel aura tendance à se renforcer. En attendant, la déclaration du ministre des Finances semble bien être la cause du renforcement des monnaies américaine et européenne.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.