Netanyahou a téléphoné à Obama

Le Premier ministre, Benyamin Netanyahou, a ouvert la traditionnelle session ministérielle, qui se tient à la Knesset tous les dimanches, sur la situation préoccupante en Egypte. Il a notamment insisté sur la retenue dont devait faire part Israël face à la crise. «Nous suivons avec attention les événements qui se déroulent en ce moment en Egypte et dans notre région. J’ai parlé avec le président Obama (sic) et avec la Secrétaire d’Etat Clinton. De la même façon, je me suis entretenu avec les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, ainsi qu’avec les responsables des services des renseignements israéliens. Nous déployons tous les efforts possibles pour préserver l’équilibre et la sécurité dans notre région. Nous devons faire preuve d’un maximum de sens des responsabilités, de retenue, et de bon sens. J’ai demandé aux ministres d’éviter à tout prix toutes sortes de déclarations à l’emportée vis-à-vis de ce problème.» Les ministres ont en effet suivi le conseil du Premier ministre et ont refusé de faire des déclarations aux journalistes. Des responsables israéliens se montrent déçus de l’attitude américaine dans cette crise. Le désintéressement exprimé publiquement quant au sort du régime de Moubarak serait en effet à l’origine d’une colère encore plus grande dans la région. Cependant, il n’y a aucune réaction ni déclaration officielle du gouvernement contre les Américains. Entretemps, un calme tendu est observé ce dimanche matin en Egypte. L’antenne locale d’El-Jazzera a été fermée sur l’ordre du gouvernement, et ses employés n’ont pas été autorisés à ses rendre sur leur lieu de travail. Des avions égyptiens effectuent des rondes de surveillance au-dessus des endroits les plus agités précédemment. Les banques ont été fermées sous l’injonction du nouveau Premier ministre égyptien, Ahmad Chafic, en raison du risque de pillage. La bourse n’a pas été ouverte. Elle a perdu ces derniers jours plus de dix milliards de dollars. Saül Mofaz, depuis peu président de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, fidèle à ses préoccupations, a déclaré à la radio que la situation en Egypte risquait de porter atteinte à une éventuelle reprise des pourparlers entre Israël et le Fatah de Mahmoud Abbas: «Nous pouvons à présent comprendre que ce que nous n’avons pas fait au moment où nous jouissions d’une plus grande stabilité doit être fait maintenant. Cette instabilité peut se propager jusque dans des régions qui nous paraissent stables encore aujourd’hui.» Pour ce qui est des prévisions de mardi dernier, qui se sont avérées erronées, il a déclaré qu’il était en fait impossible de prévoir quelle tournure les événements allaient prendre: «C’est une révolution dirigée par les civils, par les jeunes et par des intervenants extrémistes. On ne peut pas savoir à l’avance ce qui va se passer, dans une société qui est tellement imprévisible.»

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.