Un Arabe israélien condamné pour espionnage

Un Arabe israélien, interpellé il y a quelques mois par les autorités israéliennes, vient d’être condamné ce dimanche matin pour espionnage au profit du Hezbollah. Il s’agit d’Amir Mahoul, 52 ans, écrivain très actif dans le secteur arabe et frère du député Issam Mahoul. Le prévenu a reconnu les faits dans le cadre d’un arrangement à l’amiable et le tribunal de district de Haïfa lui a infligé une peine de neuf ans de réclusion. Mahoul est accusé de contact avec un agent étranger, d’intelligence avec l’ennemi en temps de guerre et d’espionnage au profit du Hezbollah. D’après l’acte d’accusation, c’est en 2008, c’est-à-dire juste après la deuxième guerre du Liban, que Mahoul aurait décidé d’aider le Hezbollah dans sa guerre contre Israël. Les trois juges qui ont prononcé la sentence ont souligné la gravité des faits qui lui sont reprochés. Rappelant que Mahoul s’était mobilisé pour aider le Hezbollah, ils ont précisé que l’organisation terroriste « luttait contre l’existence de l’Etat et cherchait à porter atteinte à Israël et à ses citoyens, en causant la mort de victimes innocentes par des tirs aveugles en direction des agglomérations civiles ». Les juges n’ont pas caché leur étonnement de voir un homme de la stature de Mahoul, impliqué dans la vie publique et sociale de sa communauté, perpétrer des infractions sécuritaires d’une telle gravité en prétendant qu’il était « tombé dans un piège ». Comme toujours dans pareil cas, la famille du prévenu a réagi en affirmant qu’il n’avait, à aucun moment, cherché à nuire à l’Etat d’Israël et en ajoutant bien entendu que « la justice israélienne tentait de réduire sa liberté d’expression et de régler des comptes politiques avec un homme qui avait grandement contribué au développement du pays ». Ses proches ont encore affirmé qu’il avait toujours respecté la loi. Mahoul a été arrêté en mai dernier et dans le premier acte d’accusation, modifié par la suite dans le cadre de l’accord à l’amiable, il était indiqué notamment qu’il s’était rendu à plusieurs reprises à l’étranger pour y rencontrer un représentant du Hezbollah. Il aurait ensuite fourni, au moins dix fois, des renseignements à ses « employeurs » portant, entre autres, sur l’emplacement d’installations sécuritaires, dont le siège du Shabak” target=”_blank” class=”external external_icon” rel=”nofollow”>Shin Bet dans le Nord, l’usine d’industrie militaire Rafael et le Mossad. Il aurait été chargé en outre de communiquer des noms d’Israéliens susceptibles de pouvoir être engagés par l’organisation terroriste et des informations sur l’atmosphère qui régnait au sein de la population israélienne.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.