Une Délégation internationale sans précédent visite le camp d’Auschwitz

“Ceux qui ne peuvent se rappeler le passé sont condamnés à le répéter'” 1er février 2011 Une délégation de 150 personnalités et représentants de gouvernements de 40 pays, menée par le Président Abdoulaye Wade du Sénégal, également Président de l’Organisation de la Conférence islamique, et comprenant la Vice Secrétaire générale de l’ONU, Asha-Rose Migiro, a effectué mardi une visite commémorative sur le site du camp nazi de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. Ce voyage était organisé à l’invitation conjointe de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), la Mairie de Paris et le Projet Aladin, un projet interculturel soutenu par l’UNESCO qui a été lancé en mars 2009 afin de lutter contre toutes les formes de négationnisme et de conflits de mémoire et de promouvoir le rapprochement des cultures, notamment entre juifs et musulmans, sur la base de la connaissance et du respect mutuels. La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a mené la visite avec le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, la Présidente du Projet Aladin, Anne-Marie Revcolevschi, et David de Rothschild, Président du Fond Aladin. « C’est avec une profonde émotion et humilité que je suis ici à Auschwitz, où des millions d’hommes, de femmes et d’enfants ont été brutalement et systématiquement assassinés pendant l’Holocauste », a déclaré la Vice Secrétaire générale Asha-Rose Migiro. « La mémoire doit être préservée et transmise aux générations futures. Que cet endroit et le souvenir de ce qui s’est passé ici nous guide pour tenir compte des leçons de l’histoire », a-t-elle ajouté. La visite a lieu après le 66ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, marqué par une cérémonie en mémoire des victimes qui s’est déroulée le 26 janvier à l’UNESCO. A cette occasion, la Directrice générale a annoncé le renforcement du programme de l’UNESCO en matière d’éducation aux droits de l’homme et de la mémoire, grâce à de nouveaux fonds reçus d’Israël. Ce programme développe des programmes scolaires et propose des formations pour les enseignants sur la Shoah et les droits de l’homme, en vue de promouvoir une culture de paix. « Comme l’a dit le poète et philosophe George Santayana, ‘Ceux qui ne peuvent se rappeler le passé sont condamnés à le répéter’. Le génocide du peuple juif constitue un événement à la fois unique et paradigmatique qui nous aide à comprendre d’autres génocides historiques et d’autres atrocités commises dans le monde du fait du racisme et de la haine. Si nous les comprenons, nous pourrons les éviter à l’avenir », a déclaré Irina Bokova. La visite à Auschwitz-Birkenau entendait souligner les terribles conséquences des idéologies fasciste et nazie pour le peuple juif et les innombrables membres d’autres minorités et inciter les leaders politiques, religieux et intellectuels du monde entier à combattre le négationnisme et toutes les formes d’intolérance et de déshumanisation. Aux côtés du Président Abdoulaye Wade et de la Vice Secrétaire général de l’ONU Asha-Rose Migiro, la délégation comprenait, Gerhard Schröder, ancien Chancelier allemand ; Stepjan Mesic, ancien Président croate ; Mohamed Vall, ancien Président mauritanien ; Mevlut Cavusoglu, Président turc de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, ainsi que des représentants des chefs d’Etats de l’Egypte, du Maroc, du Pakistan, de la Turquie et les maires de 12 cités d’Europe, d’Afrique et du Moyen-Orient.

Lire l’article complet sur ambisrael.fr

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.