Le gazoduc enfin raccordé à Haïfa

La société qui se charge de la distribution du gaz naturel en Israël, Nétivé Hagaz Hativi Léisraël , a inauguré mardi l’achèvement des travaux qui ont consisté à raccorder le réseau de répartition du gaz, qui s’étend sur l’ensemble du territoire national, au Golfe de Haïfa et au nord du pays. La cérémonie d’inauguration a eu pour invités le Premier ministre Netanyahou, le directeur général de son bureau, Gabai, le ministre des Infrastructures, Landau, le ministre de la Protection de l’environnement, Erdan, et le maire de Haïfa, Yaav. Le Premier ministre a fait montre de pédagogie, comprenant que l’importance de la réalisation de ce projet n’était pas évidente: «En l’absence de gaz naturel, on obtient annuellement des milliers de tonnes de matières polluantes qui sont dégagées dans l’atmosphère, et c’est précisément ce qui va cesser à présent, pour le plus grand bien de la population, des habitations et de nos enfants. Nous savions que nous devions surmonter ce blocage pour la santé du public, pour la purification de l’air, mais aussi pour promouvoir la baisse des coûts énergétiques, la création de postes et le renforcement économique de la région du Nord. C’est une bénédiction pour l’ensemble du pays.» Le maire de Haïfa a tenu à relativiser le problème de la pollution dans sa région. «Cela fait longtemps que nous ne sommes plus sur la liste des zones les plus polluées du monde, a déclaré Yona Yaav, mais au niveau de notre réputation, les consciences ont du mal à l’accepter. Dans les mois suivants, toutes les usines vont être progressivement reliées au nouveau système de distribution, ce qui réduira alors la pollution de l’air que nous respirons au minimum.» Yaav, au micro de la radio de Tsahal, a parlé également du combat juridique qu’il mène contre l’usine d’ammoniac (NH 3 ) qui inquiète la population de l’ensemble des habitants du Golfe de Haïfa: «Depuis que je suis maire de la ville, je mène une lutte acharnée contre l’usine d’ammoniac, qui est très dangereuse, dans le but de la déplacer des centres d’habitations et de la répartir dans cinq points géographiques différents. Malheureusement, les autorités ne font pas toujours preuve de coopération, et les démarches du tribunal sont lentes et fastidieuses. Je suis très contrarié par la présence de cette usine sur le territoire de notre commune et je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour l’éloigner d’ici.» Pourtant, le maire pense disposer d’un avantage juridique décisif, l’usine fonctionnant selon lui sans disposer des autorisations adéquates: «Quand le procès battait son plein, parce que je m’étais plaint que la direction de l’usine travaillait sans autorisations, j’ai perdu parce que le juge a soutenu que la municipalité n’était pas parvenue à prouver que le fût contenait de l’ammoniac. Il est déplorable que de telles situations puissent se présenter, mais j’ai la conviction que nous finirons par gagner, de la même façon que nous sommes arrivés à juguler la pollution de l’air.»

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.