L’Arabie menace ses citoyens

L’intensité des combats entre les partisans du régime dictatorial de Kadhafi et ceux qui aspirent à le remplacer ne décroit pas en Libye. Mercredi, plus de quarante personnes ont été tuées dans la ville de A-Zaouiya, selon des sources médicales, dans les échauffourées qui ont opposé les supporters et les opposants au régime du dictateur. Selon Al-Jazeera, des officiers haut-placés de l’armée libyenne figureraient parmi les victimes, dont un lieutenant-colonel. Des tanks et des tireurs d’élite du pouvoir se seraient dirigés dans la journée vers la ville. La télévision locale a annoncé dans la soirée que le pouvoir venait de mettre à prix la tête du chef de l’opposition. La valeur du leader, Moustapha Abd El-Djalil, est estimé à un demi-million de dollars. Ce dernier était encore récemment le ministre de la Justice de Kadhafi. Il dirige à présent le Conseil National. De leur côté, les pouvoirs saoudiens se sentent menacés eux aussi. Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Saoud al-Fayçal, a mis en garde la population de son pays contre toute tentative de rébellion. Il menace d’amputer tout index qui serait pointé contre le pouvoir dans son pays. Il a légèrement modéré son propos en se montrant favorable aux réformes dans certaines conditions: «Pour parvenir à des changements, il faut établir un dialogue. Les mouvements de protestation sont à proscrire.» Des militants chiites ont déclaré que vendredi serait le «jour de la colère». Le ministre saoudien a réagi en soutenant que les contestataires ne seraient pas des habitants de son pays. Il a conclu son propos: «L’empire saoudien ne s’occupe pas des problèmes des étrangers, et il n’acceptera pas que des étrangers s’occupent de ses problèmes.»

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.