Caroline Glick – Surprenants défenseurs des femmes

Adaptation française de Sentinelle 5771 ©

Jerusalem Post 08/03/2011

Alors que beaucoup de féministes cachent la détresse des femmes et des filles dans le monde islamique, un groupe religieux juif sauve des femmes et des enfants juifs.

Tous les mois, les media nous présentent des rapports concernant des femmes juives soustraites à leurs maris musulmans dans l’Autorité Palestinienne ou à l’intérieur d’Israël.

Les histoires sont toujours les mêmes. Les femmes étaient torturées par leur mari, souvent enfermées dans leur maison ou sous la garde permanente de membres de la famille de leur mari. Que ce soit avec ou sans l’aide de leur famille juive, elles entrent en contact avec ‘Yad L’Achim’ qui secourt les femmes juives et leurs enfants de leurs maris musulmans. Les volontaires de Yad L’Achim planifient et exécutent des opérations de secours souvent dangereuses et mettent ces femmes et leurs enfants en sécurité.

En janvier, la chaîne ‘Channel 10’ a présenté un reportage en temps réel sur l’une de ces opérations. Les spectateurs ont vu les parents d’une mère de quatre enfants nommée Dana attendant anxieusement au point de contrôle d’Erez alors qu’elle et ses enfants fuyaient son mari et sa famille à Gaza et faisaient leurs premiers pas d’êtres libres.

Pendant sa cour, le mari de Dana lui démontra la plus parfaite courtoisie. Après le mariage, il commença de la battre régulièrement et la maintenait sous surveillance constante 24 h sur 24. Une visite sur le site de Yad L’Achim démontre que son histoire était loin d’être unique.

L’œuvre de Yad L’Achim dans le sauvetage de femmes juives contre des maris musulmans violents est particulièrement remarquable étant donné la nature de l’organisation. C’est une organisation orthodoxe fervente conduite par le Rabbi Dov Lipshitz. Ce n’est pas le féminisme qui motive ses membres pour secourir ces femmes. C’est la loi juive. Et en particulier, le commandement halach’ique sur la rançon des otages juifs. Selon l’organisation, elle réalise chaque année une grande quantité de missions de secours comme celle qui a sauvé Dana.

La question est soulevée naturellement : pourquoi des orthodoxes fervents dominent-ils ce qui, de par le droit, devrait être un champ dévolu aux féministes laïques ? Pourquoi des féministes juives israéliennes et américaines ne sont-elles pas aux avant-postes des efforts pour sauver ces femmes de leurs maris violents ? Où se trouve, par exemple, l’ONG ‘New Israel Fund’ (NIF) ? Son site Internet se vante : « « Le New Israel Fund a fondé ou financé la plupart des organisations et des réseaux des droits des femmes d’Israël ».

Evidemment, Yad L’Achim, qui défend le droit de ces femmes de vivre sans crainte est un groupe de droit des femmes. Alors pourquoi le NIF ne le finance-t-il pas ? Yad L’Achim et d’autres groupes religieux ont été cloués au pilori ces derniers mois, par des allégations de racisme du fait de leurs appels publiques en direction des jeunes filles et femmes juives, de ne pas accepter de rendez-vous avec des Arabes. En principe, ces attaques semblent justes. Les dénonciations générales de rencontres et de mariages mixtes juives – musulmans sont problématiques, même si elles sont justifiées d’un point de vue religieux.

Mais que l’on soit d’accord ou non avec les préceptes religieux qui guident les actions de Yad L’Achim, le fait est qu’elles ne sauvent pas un principe. Elles sauvent des femmes et des enfants. Cela ne devrait-il pas suffire à leur gagner le respect de la Gauche supposée motivée par le souci du faible et de l’opprimé ?

Dans son entretien sur ‘Channel 10’, Dana déclara que à Gaza : « Ce qu’ils font est de maudire les Juifs 24 heures par jour ».

Le fait est qu’aussi bien la misogynie et la haine des Juifs sont des réalités de la vie à travers tout le monde musulman. Cet état de choses fait du mariage avec des hommes musulmans une perspective particulièrement dangereuse pour des femmes juives.

Mais les féministes à travers le monde juif gardent le silence sur cette question. Et cela n’est pas surprenant. Les mauvais traitements flagrants aux femmes juives par leurs maris arabes impliquent deux questions que la Gauche – qui comprend la plupart les groupes féministes – ignore à dessein : la misogynie islamique et la haine juive islamique. Comme la Gauche ignore, minimise, banalise ou justifie le fait que la haine des Juifs est le sentiment le plus universel dans le monde musulman aujourd’hui, de même elle ignore systématiquement, minimise ou banalise les mauvais traitements faits aux femmes et aux filles dans le monde islamique.

Prenez une discussion prétendument féministe sur l’impact de la révolte arabe sur la position des femmes dans le monde arabe dans l’émission ‘ABC this week’ avec Christiane Amanpur dimanche. Dans une partie qui dura environ 15 minutes, Amanpur ne dit pratiquement rien sur la vie épouvantable des femmes et des filles sous la loi islamique.

Quand la rédactrice en chef de ‘Newsweek’ Tina Brown mentionna « la coutume barbare des enfants fiancées » au Yémen, Amanpur ne lui demanda pas de donner plus d’explications. Selon cette coutume yéménite, de petites filles sont couramment mariées à des hommes adultes.

Quand l’activiste des droits des femmes irakiennes Zaïnab Salbi remarqua que la question clé pour les femmes dans le monde islamique est de changer la loi de la famille qui régit leurs sociétés, Amanpur ne lui demanda pas ce qu’elle voulait dire.

Ce qu’elle signifiait, c’est que sous la loi islamique, femmes et filles sont considérées comme la propriété de leurs parents masculins. Et leurs « propriétaires » peuvent légalement les battre et les violer et leur infliger des mutilations génitales et les contraindre à des mariages auxquels elles se refusent. Si les femmes et les filles sont « désobéissantes », leurs parents masculins peuvent attendre un châtiment bénin voire aucune punition pour leur meurtre.

Plutôt que de discuter de la réalité, des dangers menaçant vraiment l’existence auxquels des femmes et des filles font face à travers le monde islamique, Amanpur a présenté à ses spectateurs une description superficielle et fausse des évènements récents en Egypte dans lesquels de jolies jeunes femmes, bien habillées, parfaitement coiffées, et deux femmes habillées à l’occidentale en Libye transforment prétendument la position des femmes dans leurs sociétés en poussant des pépiements.

Ce fut un mensonge complet. Mais ce n’était pas choquant. C’eût été choquant si Amanpur avait fourni aux spectateurs des faits importants sur le sujet qu’elle prétendait discuter.

Le contraste en Yad L’Achim et des groupes féministes et des icônes traditionnelles est un constat sur l’état du monde libre aujourd’hui. Alors que beaucoup de féministes cachent la détresse des femmes et des filles dans le monde islamique, un groupe religieux juif sauve des femmes et des enfants juifs vivant dans le monde musulman.

Depuis des années, l’ONG ‘New Israel Fund et d’innombrables autres organisations gauchistes juives et non juives ont mené une guerre culturelle contre les orthodoxes fervents pour ce qu’ils prétendent être leur mauvais traitement des femmes.

Beaucoup de femmes – aussi bien des orthodoxies modernes et des non orthodoxes – sont en désaccord avec la position des femmes dans le monde orthodoxe fervent. Mais on ne peut pas nier qu’aujourd’hui, ce sont les seuls à secourir des femmes juives battues par leurs maris musulmans abusifs.

caroline[at]carolineglick.com

Lire l’article original en anglais sur Jerusalem Post

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.