Niveau insuffisant du lac de Tibériade

La neige prévue a bien été au rendez-vous dans le nord du pays. A Jérusalem, la température qui lui aurait été favorable n’a pas été atteinte, malgré quelques bourrasques de flocons qui ont fondu directement au contact du sol. Les mesures relevées jeudi matin indiquent que 80 mm de précipitations sont tombées dans le nord du pays en moyenne, le record se trouvant sur le mont Hermon, avec 115 mm. Pour le lac de Tibériade, on a mesuré 40 mm. Les principaux affluant qui se déversent du Hermon au lac de Tibériade sont les rivières de Sa’ar, Senir, et Hermon. Leur débit a sensiblement augmenté et a déjà contribué au redressement du niveau du lac, dont le niveau s’est élevé de 4 cm au cours des dernières 24 heures et de 7 centimètres depuis le début de la présente période de pluies, qui a commencé au début de la semaine. Le lac de Tibériade dispose d’une graduation de plusieurs lignes rouges, la limite ayant été repoussée progressivement en raison de la terrible sécheresse qui sévit depuis plusieurs années en Israël. La ligne rouge inférieure a été atteinte le 5 juillet 2010 et, depuis, le niveau ne s’est jamais réellement amélioré. En novembre dernier, un record de sécheresse a été atteint, inégalable pour plusieurs régions où il n’a absolument pas plu. En février, le niveau s’est élevé de 50 cm, et les autorités considèrent qu’il pourra se relever et dépasser la ligne rouge vers la moitié du mois de mars, avant de redescendre et d’atteindre cette fois-ci, sauf imprévu, la ligne noire, vers la fin de l’été, celle qui interdit la poursuite du pompage.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.