Le coup de bluff de Nicolas Sarkozy sur la Libye

Comme souvent quand les Vingt-sept ne sont pas d’accord, le Conseil européen du vendredi 11 mars consacré à la Libye s’est terminé par un compromis. Nicolas Sarkozy, qui s’était avancé très loin dans l’hostilité à Mouammar Kadhafi et dans le soutien aux insurgés libyens, a dû se contenter d’un communiqué aux formulations suffisamment vagues pour satisfaire tout le monde : les partisans d’une action musclée pour déloger Kadhafi ““le président de la République pouvait compter sur le soutien du Premier ministre britannique David Cameron- et les tenants de la prudence, comme la chancelière Angela Merkel qui déclarait: «Il ne faut pas commencer un processus que nous ne saurions pas terminer.» L’activisme de Nicolas Sarkozy, manifesté par l’audience accordée jeudi à des représentants du Conseil national libyen de transition, en présence du philosophe Bernard-Henri Lévy de retour de Benghazi , avait pris de court ses partenaires. Au cours de sa conférence de presse à Bruxelles, le président de la République a involontairement

Lire l’article complet sur slate.fr

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.