Netanyahou en flagrant délit de contradiction

L’intervention télévisée du Premier ministre à la suite de l’ignoble attentat d’Itamar, et la décision du gouvernement de dimanche matin, ont une fois de plus révélé les contradictions dans lesquelles se sont enfermés nos dirigeants ” Likoud y compris ” devenus incapables de résister aux pressions venues des Etats-Unis et de l’Union européenne. Avec un visage grave et s’exprimant d’un ton ferme, le Premier ministre adressait ses reproches à la Communauté internationale et à l’Autorité palestinienne pour leur réaction molle à la suite de l’attentat, et proclamait ensuite avec conviction: « La politique concernant les localités juives se fera uniquement en fonction des décisions du gouvernement, et ce n’est pas le terrorisme qui fixera les futures frontières de l’Etat d’Israël ». Mais cette déclaration tonitruante fait pâle figure dimanche matin après la décision du groupe interministériel pour les Implantations, en « représailles » à l’attentat, de demander au ministre de la Défense d’autoriser la construction de quelques centaines de logements dans les zones suivantes: Ariel, Maaleh Adoumim, Goush Etzion et Kiryat Sefer. Cette décision apparemment audacieuse demande tout de même à être analysée: quel est le point commun entre ces différentes zones? Elles font toutes parties des quelques pourcentages à peine de la Judée-Samarie, appelés hypocritement « grands blocs d’implantations », que les gouvernements israéliens espèrent pouvoir annexer à Israël le jour où un accord définitif de ‘paix’était signé. Mais l’immense majorité de la Judée-Samarie n’est pas concernée par la décision de dimanche matin. Une réaction juive et symbolique aurait au contraire exigé que la construction reprenne dans toutes les localités juives, à commencer par Itamar, meurtrie par le terrorisme qui lui, ne connaît pas de frontières. Ainsi, malgré les déclarations du Premier ministre, le gouvernement, en décidant de construire que dans ces rares zones, montre qu’il s’est déjà d’ores et déjà résigné à la carte d’Israël telle que la communauté internationale la voit, et telle que l’Autorité palestinienne la souhaite, du moins dans un premier temps, en attendant de passer à la 2 e étape de son plan de destruction d’Israël. C’est donc bel et bien le terrorisme arabe palestinien qui est en train de définir la taille que devrait avoir l’Etat d’Israël, en dépit des déclarations des dirigeants du pays. Et il est symptomatique que le Premier ministre, comme un enfant qui se sent coupable de quelque chose et devance les remontrances, a pris soin d’une d’accompagner d’une courte précision la décision du gouvernement: « Il s’agit d’une construction mesurée, et uniquement dans les grands blocs d’implantations ». Et excusez-nous de construire. De peur qu’à Washington, Paris ou Londres on ne dénonce une réaction disproportionnée de la part d’Israël. Rendez-vous compte, des centaines de logements construits contre à peine cinq personnes assassinées.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.