La loi de la citoyenneté adoptée en commission

La loi de la citoyenneté a été adoptée ce mardi en seconde et troisième lecture par la commission parlementaire de l’Intérieur et de l’Environnement. Présentée au départ par deux députés du parti Israel Beteinou, David Rotem et Robert Ilatov, elle propose de permettre au tribunal de retirer la nationalité israélienne à tout Israélien accusé d’avoir trahi le pays ou d’avoir commis un acte terroriste. La loi a été entérinée en première lecture il y a deux mois par la même commission, à une majorité de quatre voix contre trois, malgré l’opposition du Shabak” target=”_blank” class=”external external_icon” rel=”nofollow”>Shin Bet qui estimait que la législation actuelle était suffisante Cette loi de la citoyenneté a été présentée pour satisfaire l’électorat d’Avigdor Lieberman, ce dernier s’étant engagé, avant le scrutin de 2009, à la promouvoir. Au départ, son parti, Israel Beteinou, envisageait une autre option consistant à contraindre tous les citoyens d’Israël à prêter serment d’allégeance à l’Etat juif et démocratique. L’opposition de gauche se prépare déjà à protester avec véhémence contre ce projet de loi lorsqu’il sera soumis à l’approbation des députés de la Knesset. Déjà par le passé, Kadima et les formations parlementaires d’extrême gauche avaient dénoncé ces lois en les qualifiant de « fascistes », en prétendant qu’elles risquaient de nuire sérieusement à la démocratie israélienne et aux minorités vivant dans le pays.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.