Purifier le Yarkon

La rivière du Yarkon, à Tel-Aviv, vient d’être à nouveau ouverte pour les promenades en barque, malgré la désapprobation du ministère de la Santé. Cette rivière a été délaissée pendant des années en raison de sa forte pollution. Pourtant, plus de deux millions d’habitants pourraient profiter de cet espace naturel, du fait de la faible distance qui les en sépare. Outre les riverains de Tel-Aviv, les voisins de Ramat Gan, Bené Brak, ou encore Guivataïm, se trouvent à moins d’une demi-heure de route du Yarkon. Tout le monde a encore en mémoire la catastrophe des Maccabiades du 14 juillet 1997. Peu avant l’ouverture des festivités de la quinzième Maccabiade, les sportifs, en route pour le stade de Ramat-Gan, ont commencé à s’engager sur un pont spécialement construit sur le Yarkon pour cet événement. Les sportifs des nombreuses nationalités sont passés par groupes, selon l’ordre alphabétique. Les 51 membres de la délégation autrichienne sont passés les premiers, suivis par les 373 sportifs australiens. Mais le pont a cédé, faisant au total quelque 70 blessés, dont de nombreux secouristes. Il s’est avéré peu après que des blessures légères avaient empiré en raison de produits dangereux présents dans les eaux de la rivière. Cinq des responsables de la construction du pont ont été inculpés trois ans plus tard pour négligence. Le projet de nettoyage du Yarkon, intitulé «sauver le Yarkon», devrait être réalisé par l’emploi de microbes dans des bassins de stations d’épuration. Les autorités espèrent que le maire de Tel-Aviv fera des déclarations suffisamment percutantes pour que ce projet soit mis en place. «Cela fait plus de dix ans que nous nous activons pour réhabiliter la rivière du Yarkon, a expliqué le maire. Après un processus long et difficile, où les gouvernements se sont succédé et où nous avons eu huit ministres différents de la Protection de l’environnement, nous pouvons enfin déclarer que le projet est lancé. La qualité de l’eau qui coule dans le lit de la rivière est bonne, on peut y faire de la barque sans le moindre danger et des aires de repos et de détente ont été aménagées tout au long du parcours, ainsi que des pistes cyclables et des installations sportives.» Il a modéré son enthousiasme: «L’eau de la rivière est très bonne, et elle peut être employée pour tout objectif, hormis la boisson et la baignade. Personnellement, je suis prêt à faire un plongeon, mais il me faut d’abord l’autorisation du ministère de la Santé.» Le projet s’étend géographiquement des sources de la rivière, près de Rosh Haaïn, (amont de la source), jusqu’à l’embouchure, près du port de Tel-Aviv. Les eaux sont pompées vers plusieurs stations d’épuration, entre Kfar Saba et Hod Hasharon, où elles sont nettoyées à l’aide de microbes spéciaux dans des bassins. D’autre part, des travaux de canalisation et la sècheresse qui sévit sur le pays depuis plus de cinq ans ont provoqué l’assèchement des marais situés par endroits le long du fleuve. Les bassins d’épuration devraient peu à peu rendre l’eau du Yarkon peut-être même potable.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.