Le Hamas veut faire dérailler le processus de paix

Après une longue accalmie, le Hamas a décidé de réactiver par tous les moyens le front israélien. Le mouvement islamiste craint que la population de Gaza, à l’instar de celle de Judée et Samarie, se complaise dans une situation de ni-guerre ni-paix qui démobilise les militants et pire applaudisse à un accord de paix permettant la création d’un Etat palestinien. Il a donc décidé depuis plusieurs semaines de rompre le cessez-le feu tacite, en vigueur depuis la fin de l’opération « Plomb durci » de 2009. Les tirs de roquettes et les attentats se sont ainsi multipliés. Ainsi à Jérusalem mercredi 23 mars vers 15 heures, en face de la gare centrale d’autobus, un sac contenant une bombe a explosé, faisant un mort et 31 blessés dont deux graves. Le bilan est encore provisoire à l’heure où ces lignes sont écrites. A deux jours près, la liste des victimes aurait pu être plus dramatique puisque, lundi, la ville fêtait Pourim, le carnaval juif durant lequel les enfants se déguisent et défilent dans les rues. Le lieu de l’attentat n’a pas été choisi au hasard puisqu’il s’agissait de faire le maximum de victimes aux arrêts de bus et le maximum de publicité puisque la bombe a explosé à proximité des deux tours abritant toutes les chaînes de télévision étrangères et les services du porte-parole de l’armée. Chaque jour depuis le début du mois, des roquettes Grad et des fusées Qassam sont lancées sur les villes du sud d’Israël. Dans la seule journée du 19 mars, 54 projectiles ont été

Lire l’article complet sur slate.fr

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.