Assad: jusqu’à 100 civils tués en Syrie

La conseillère du président Bachar al-Assad, Boussaïna Chaabane, a déclaré jeudi à la presse que les motifs des manifestants, qui se sont rassemblés contre le gouvernement syrien dans la ville de Deraa, au sud de ce pays et non loin de la frontière entre Israël et la Jordanie, étaient légitimes. La loi concernant l’état d’urgence, en vigueur depuis le précédent dictateur, père de l’actuel, pourrait être annulée, selon la porte-parole du pouvoir syrien. Cette loi date de la montée au pouvoir du parti Baas. De nouveaux procédés pour lutter contre la corruption devraient de plus être instaurés. La ville de Deraa, où se sont tenues d’importantes manifestations non-autorisées par le pouvoir, se situe à la hauteur de la ville de Beth-Chéan, non loin du lac de Tibériade. Des témoins et des organismes des droits de l’homme ont rapporté qu’entre 34 et 100 personnes auraient été tuées par la police, qui a tiré à balles réelles sur la foule. Les funérailles ont rassemblé jeudi 20 000 personnes, toujours à Deraa. De leur côté, les forces de l’ordre et les autorités syriennes ont attribué les accrochages à un «gang armé», qui aurait tué quatre individus à l’aide d’armes stockées dans la mosquée locale, al-Omari. Le mouvement de colère a vraisemblablement été déclenché le 15 mars par une page Facebook, intitulée: «La révolution syrienne contre Bachar al-Assad 2011.» une vague d’arrestations a suivi les manifestations, dans un premier temps sporadiques et clairsemées. Cependant, le mouvement s’est intensifié, en dehors de la ville de Deraa, à Jassem et Nawa, autres villes du sud de la Syrie.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.