L’hébreu se met au vert

L’académie de la langue hébraïque cherche des mots hébreux pour répondre à la vague «écolo» de plus en plus présence. Des mots tels que «composte» et «composteur» devraient prochainement pouvoir être traduit en hébreu. Le comité de terminologie environnementale, qui compte des représentants du Ministère de la protection environnementale, a plusieurs propositions de mots nouveaux qu’elle présente au public sur le site internet de l’académie. L’avis des internautes y est d’ailleurs demandé sur le terme le plus pertinent. Les suggestions sont jusqu’à présent les racines hébraïques pour «décomposition» -rèsh-kaf-vav (rkv), dont tirkovet et tarkiv. Mais la secrétaire du comité scientifique Ronit Gadish déplore la connotation négative de ces mots. «Nous devons persuader le public que le composte est une bonne chose, positive et utile» explique-t-elle, «et je dis ceci en tant que personne qui composte depuis déjà un an». Ronit Gadish affirme que contrairement à l’époque d’Eliezer Ben-Yehuda, le père de l’hébreu moderne, l’académie n’essaye pas de «nettoyer totalement la langue» des terminologies étrangères. Mais elle souligne que tout un groupe de termes commence à trouver une alternative en hébreu et qu’il serait inconcevable de ne pas avoir de solutions dans cette langue.

Lire l’article complet sur ambisrael.fr

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.