Syrie : révélations accablantes pour Assad. Il opte pour le scénario libyen et prépare un bain de sang

Le bain de sang qui a endeuillé plusieurs régions syriennes doit se prolonger, le régime ayant appelé ses partisans à manifester ce mardi 29 mars pour soutenir Assad. Mais le peuple n’est pas prêt à oublier, encore moins à pardonner le passé terroriste du régime. De nouvelles révélations accablent Assad dans l’assassinat de Rafic Hariri et la disparition de témoins. Le régime syrien est en mauvaise passe, à en croire les communiqués hostiles publiés par ses opposants, y compris les kurdes qui se sont jusque-là tenus à l’écart. Plusieurs mouvements politiques kurdes affirment attendre que la mobilisation s’étende sur l’ensemble du territoire pour entrer en scène. Car, ils ne veulent pas donner l’occasion au régime de les accuser d’une quelconque tendance indépendantiste. En attendant, les tribus multiplient les appels à la mobilisation et menacent de prendre les armes pour venger Deraa et Lattaquié, les deux villes les plus endeuillées, avec plus de 130 morts et des centaines de blessés. Les promesses d’une future levée de l’état d’urgence, en vigueur depuis mars 1963, ne convainquent personne. D’autant plus que la loi d’exception ne sera abrogée qu’une fois une autre loi de lutte contre le terrorisme aura été votée ! Plusieurs signes laissent présager la fin proche du régime : Le régime a appelé les Syriens à manifester mardi 29 mars pour soutenir le président Bachar Al-Assad dans tout le pays. Selon l’usage syrien, les écoliers, collégiens et lycéens, ainsi que les ouvriers et les syndicalistes seront associés par la force. Selon plusieurs sources, le régime a décidé d’armer les sections ouvrières du Baath pour faire face à toute désobéissance des forces de l’ordre. Un policier aurait déjà été abattu par son supérieur, mercredi dernier à Deraa, pour avoir refusé de tirer sur les manifestants. Quatre autres militaires sont portés disparus depuis samedi, pour les même raisons. Le recours aux milices privées. Le projet d’armer les ouvriers du Baath n’est pas nouveau. Déjà, les bandes armées dirigées par Maher Al-Assad, frère du président et commandant de la Garde présidentielle, et la milice privée de son cousin Namir Al-Assad, sévissent à Lattaquié et Tartous, sur la côte syrienne. Certains estiment que cette région est convoitée par Assad pour y installer un Etat alaouite si le régime actuel devait s’effondrer. L’utilisation des armes lourdes contre la population. La semaine dernière, la Garde présidentielle a bombardé Deraa par hélicoptères. Aujourd’hui, la ville est encerclée par les chars d’assaut. Le recours massif aux armes lourdes et aux massacres à grandes échelles attestent que le régime est fragile et ne tient que par la terreur. Les tribus syriennes et les partis d’opposition sont décidés à poursuivre la mobilisation jusqu’à la chute de la dictature. Ils appellent à la désobéissance civile et invitent les fonctionnaires et autres employés de rester chez eux pour paralyser le pays. Ils promettent d’accentuer la pression pour ” renverser le dictateur avant le 65ème anniversaire de l’indépendance (17 avril 1946) ” .

Lire l’article complet sur MediArabe.info

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.