«Les appels au boycott doivent être sanctionnés»

Des dizaines d’étudiants de l’Université Ben Gourion du Néguev ont signé récemment une pétition adressée à leur présidente, le professeur Rivka Carmi. Dans le document, ils réclament des sanctions contre certains de leurs enseignants qui, par leur comportement, auraient entraîné l’isolement de leur établissement et seraient notamment responsables du boycott prononcé contre lui la semaine dernière par l’université de Johannesburg. Ils font allusion à l’action menée à l’étranger par certains de leurs chargés de cours. Dans la lettre, ils écrivent notamment : « Nous demandons à la présidente de notre université de prendre nettement position contre les professeurs qui appellent au boycott de l’Etat d’Israël et portent ainsi atteinte à notre liberté d’expression. Nous avons le sentiment que cela ne s’arrêtera pas à l’université Ben Gourion. Nous avons entendu des appels similaires contre les universités de Tel Aviv et de Haïfa. Cette affaire nous préoccupe sérieusement et nous voulons donc stopper ce phénomène ». Les étudiants visent en premier lieu le professeur Niv Gordon, qui a publié un article dans le « Los Angeles Times » dans lequel il appelle tout simplement au boycott d’Israël en prétendant qu’il s’agit d’un « Etat d’apartheid ». Ces déclarations ont suscité d’ailleurs la colère du député Othniel Schneller (Kadima) qui a réclamé une convocation urgente de la commission de l’Education de la Knesset pour débattre du cas de Gordon et de certains de ses collègues adoptant les mêmes positions.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.