Syrie : Bachar Al-Assad a parlé pendant 45 minutes pour vendre du vent à son peuple

Devant les députés syriens aux applaudissements généreux, le président Assad a prononcé un discours de plus de 45 minutes, pour évoquer la situation dans son pays, mais sans rien annoncer pour calmer la population. Assad a remercié le peuple qui s’est mobilisé, hier par millions, pour défendre l’unité du pays. Mais le président n’a pas dit mot sur les ordres adressés par fax depuis le ministère de l’Administration locale aux entreprises et autres administrations afin d’obliger leurs employés à manifester ( cliquez ici pour en voir un exemplaire venant de Deraa et cliquez ( pour voir l’exemplaire émanant des autorités de la province de Tartous ). Assad a affirmé, une nouvelle fois, que ” la Syrie fait face à un complot, mais que la vigilance du peuple l’a déjoué. Ce complot a été préparé depuis plusieurs mois, avec la campagne de mobilisation sur internet et dans les télévisions satellitaires, prenant des revendications sociales légitimes et des réformes une couverture pour semer la discorde (Fitna) “. Après avoir décrit le contexte des événements, Assad a affirmé que ” les réformes ne doivent pas se préparer dans la précipitation “, rappelant que ” plusieurs projets de lois, examinés par le parti Baas, depuis le 10ème congrès général (2005) sont dans les tiroirs. Ils seront ajustés, puis examinés par les députés, après concertation avec le peuple (plusieurs mois) “. Il a promis de donner, dans un mois, un calendrier des réformes à venir. Assad a joué le rôle du bon père de famille. Il a en effet rappelé que depuis son arrivée au pouvoir, ” ses priorités ont été modifiées en fonction des besoins. Car, on peut retarder une réforme politique, mais on ne peut pas priver un enfant de nourriture. On peut repousser une loi sur les partis politiques, mais on ne peut pas tolérer les douleurs d’un enfant qui n’est pas soigné… ” ; Durant cette période, la Syrie a été soumise à des pressions extérieures qui ont nécessité un changement des priorités : le 11 septembre 2001, l’invasion de l’Irak, la situation au Liban, la guerre israélienne de 2006, l’attaque contre Gaza… Tous ces événements n’ont pu agenouiller la Syrie. Ce qui a obligé ses adversaires à inventer de nouvelles méthodes inspirées de la nouvelle mode en vogue dans la région : les révolutions. Mais Assad a affirmé que ” cette mode ne passera pas en Syrie “, et que ” si les ennemis de la Syrie veulent la guerre, les Syriens sont prêts “. Enfin, le président a conclu son discours en criant à ” la gloire de la Syrie, le pays de la résistance, qui restera la forteresse arabe pour défendre toute la nation “. Aujourd’hui, le président s’est encore une fois moqué de son peuple et du monde entier. Il a parlé sous les applaudissements pendant 45 minutes pour vendre du vent aux Syriens. Reste à savoir si la patience du peuple correspond aux promesses du président, étalées dans le temps ? Apparemment non, puisque les commentaires sur les sites de l’opposition et sur les pages Facebook sont de plus en plus enflammés. La mobilisation ne fait que commencer, préviennent les opposants. MediArabe.info © .  

Lire l’article complet sur MediArabe.info

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.