L’Egypte fait un pas de plus en direction de l’Iran

Téhéran doit jubiler. L’un des « maillons faibles » d’un monde arabo-musulman hostile à Israël évolue dans le « bon sens ». Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Nabil Al-Arabi, a déclaré « que son pays était prêt à renouer des liens diplomatiques avec l’Iran, après 30 ans de rupture ». Les relations entre les deux pays s’étaient tendues avant d’être interrompues peu après la Révolution islamique de l’Ayatollah Khomeiny et suite à la signature des accords de paix entre l’Egypte et l’Iran. Depuis, seul un « bureau d’intérêts égyptiens » subsistait dans la capitale iranienne. Al-Arabi s’est exprimé ainsi lors d’une rencontre avec un émissaire iranien: « Les peuples égyptien et iranien ont droit à des relations mutuelles, qui reflètent leur histoire et leur culture. » Il a rajouté « que l’Egypte désirait ouvrir une nouvelle page dans ses relations avec Téhéran, soit par une visite du ministre iranien des Affaires étrangères iranien en Egypte ou de lui-même à Téhéran ». L’émissaire iranien a transmis le message à Ali Akbar Salehi. Ce nouveau développement n’inquiète pas seulement Israël mais également Washington ainsi que les pays proches de l’Iran, qui craignent ce pays comme la peste : l’Arabie Saoudite et les émirats. Dans les différentes capitales concernées, on attend de voir quelle sera la réaction du « président » égyptien, le maréchal Mohamed Hussein Tantawi, aux propos de son ministre des Affaires étrangères, qui adopte décidément une attitude « novatrice » dans la politique extérieure égyptienne, « prévisible » diront certains.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.