Mesures d’aide au développement palestinien (rapport 2010)

En 2010, l’économie palestinienne a continué à croître à un rythme rapide, avec une croissance économique ayant atteint 9,3%, en raison d’une reprise très rapide de l’économie de Gaza (15%), accompagnée d’une croissance continue de l’économie de la Judée et Samarie (8%). Le PIB de l’Autorité Palestinienne en 2010 s’élevait à 5.728 millions de dollars et le PIB par habitant a augmenté de 6,1%, par rapport à l’année précédente. La politique israélienne en Judée et Samarie et à Gaza a largement contribué à cette croissance : – augmentation des ventes palestiniennes en Israël, – volume accru de marchandises commerciales expédiées de la Judée et Samarie via les postes frontaliers terrestres en Israël et à l’étranger, – nombre croissant de touristes qui visitent la Judée et Samarie – augmentation de la construction de logements … sont autant d’indicateurs supplémentaires de la croissance de l’économie palestinienne. Israël tient à reprendre le cours des négociations de paix avec l’Autorité palestinienne, dans le but de parvenir à un accord bilatéral pour une solution à deux Etats. Israël a apporté son soutien aux efforts menés par la communauté internationale dans la mise en œuvre des projets et le renforcement des capacités et des institutions dans divers domaines. Israël a élargi son dialogue avec l’Autorité palestinienne dans une variété de domaines professionnels, visant à mettre à niveau: des services financiers palestiniens, les infrastructures d’eau et d’égouts, le système judiciaire et la primauté du droit, l’agriculture, et le réseau d’électricité, entre autres. Ces mesures ont été accompagnées par une coordination de sécurité renforcée entre les autorités des deux côtés, en cherchant une plus grande sécurité et l’amélioration des capacités institutionnelles. Pourtant, les attaques terroristes suite à la reprise des négociations de paix en Septembre dernier, les attaques terroristes horribles de ces dernières semaines dans Itamar puis à Jérusalem, et le barrage de missiles qui sont lancés actuellement contre des civils dans le sud d’Israël, rappellent douloureusement à quel point l’exigence de la sécurité reste réelle. En Juin 2010, Israël a assoupli sa politique à l’égard de la bande de Gaza. Cette mise en œuvre immédiate se reflète dans la croissance économique : 15% à Gaza. Il est clair qu’il n’y a pas de crise humanitaire à Gaza, il y a des mécanismes en place, accessible à tous, à la fois par navires d’aide humanitaire et de marchandises à Gaza. Israël a approuvé 121 projets menés par la communauté internationale , et le flux de toutes les marchandises commerciales et humanitaires continue. Israël a mis à niveau l’infrastructure et la capacité de passage de Kerem Shalom bien au-delà des besoins réels. De plus en plus de gens quittent Gaza pour des raisons humanitaires ou commerciales et les exportations ont été augmentées. Israël tient à mettre en œuvre des mesures supplémentaires, y compris les accords entre le Premier ministre Nétanyahou et le représentant du Quartet, Tony Blair . Israël est gravement préoccupé par l’escalade des menaces contre la sécurité de Gaza, et le nombre croissant des roquettes et des attentats terroristes, tirs d’obus de mortier, ciblant des zones civiles densément peuplées en Israël. L’interception récente du navire «Victoria» le 15 Mars

Lire l’article complet sur ambisrael.fr

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.