Leur «crime»: être femme

La ville de Hassi Messaoud, en plein désert algérien, est connue pour trois raisons. D’abord pour le pétrole, qui y coule à flots. Ensuite pour les emplois, qui y sont beaucoup plus nombreux et mieux payés qu’ailleurs au pays. Mais c’est la troisième raison qui retient l’attention ces jours-ci: Hassi Messaoud terrorise les femmes qui veulent y gagner leur vie.

Lire l’article complet sur Cyberpresse (Canada)

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.