KURDISTAN Crimes de Guerre envers le peuple Kurde !

KURDISTAN Crimes de Guerre envers le peuple Kurde !

Communiqué de la Fédération des associations Kurdes de France (FEYKA)

Crimes de Guerre envers le peuple Kurde !

La guerre menée actuellement par l’armée turque au Kurdistan est injuste et totalement contraire au droit international.

Nous souhaitons attirer votre attention sur les crimes de guerre commis par l’armée turque. Depuis des siècles, l’humanité tente d’élaborer un droit de la guerre. Depuis plus de 150 ans, les guerres sont régies par des conventions internationales. La Turquie est partie à la plupart de ces conventions. Mais il est malheureux de constater que quand il s’agit d’appliquer ces normes et en particulier lorsqu’il est question des Kurdes, les autorités turques ne respectent pas leurs engagements. Cette attitude ne concerne pas uniquement les Kurdes. On ne connaît par exemple toujours pas le sort des 1612 Chypriotes faits prisonniers durant l’invasion de Chypre en 1974. Depuis 26 ans que dure la guerre dans notre pays, l’armée turque et le gouvernement n’ont jamais respecté le droit de la guerre et ont commis de nombreux crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Durant cette guerre, des milliers de villages ont été brûlés, de nombreuses forêts ont été incendiées et des millions de personnes ont été déplacées. Des centaines de milliers de personnes ont par ailleurs été torturées et des milliers d’autres ont été tuées sous la torture ou exécutées arbitrairement dans la rue ou après avoir été enlevées. On a utilisé des armes interdites, les guérilléros faits prisonniers ont été exécutés après avoir été interrogés sous la torture, leurs corps ont été brûlés ou mutilés.

Depuis deux mois, on assiste à une intensification de la guerre. L’armée turque continue ses anciennes pratiques. Au cours des vingt derniers jours, les corps des guérilléros tués dans les combats dans les régions de Siirt, Hakkari et Gumushane ont été sauvagement mutilés. On a arraché les yeux de certains. A d’autres, on a coupé les oreilles, le nez, les organes génitaux, les bras ou les doigts. D’autres encore ont la tête coupée ou tout le corps mutilé, à tel point qu’ils sont méconnaissables. Pourtant, la convention de Genève de 1949 sur le droit de la guerre, à laquelle la Turquie est partie, prohibe Ies mutilations sur les corps des personnes tuées et prescrit l’enterrement honorable des corps ainsi que le respect et l’entretien convenable de leur tombe. Les actes commis par l’armée turque sont des crimes de guerre.

Lire l’article complet sur armenews.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.