Tibi abuse de sa liberté d’expression

La liberté d’expression accordée aux députés arabes, au nom de la sacrosainte démocratie, leur permet parfois des excès dont les retombées peuvent être incalculables. C’est sans doute le cas pour le parlementaire israélien Ahmed Tibi, connu pour ses déclarations intempestives. Cette fois, interviewé par une chaîne américaine en langue arabe, Al Hourra, il n’a pas hésité à parler au journaliste qui l’interrogeait de l’arsenal nucléaire d’Israël en affirmant que d’après les données qu’il détenait, « les forces de sécurité détenaient à l’heure actuelle pas moins de 254 bombes atomiques ». Précisons que Tibi est le leader du parti arabe Ra’am-Ta’al au parlement israélien et occupe également le poste de … vice-président de la Knesset. Tibi ne s’est pas contenté de faire ces « révélations ». Prenant nettement le contrepied des positions officielles d’Israël, il a ajouté qu’à son avis, tout le Proche-Orient devait se débarrasser de ses armements nucléaires. Evidemment, de tels propos ne pouvaient pas passer inaperçus et ils ont suscité des réactions virulentes au sein de la classe politique israélienne. Mais Tibi ne s’en est pas ému outre mesure, prétendant simplement que « ses déclarations avaient été faites sur le ton de la plaisanterie » et qu’apparemment, « ils n’avaient pas compris son sens de l’humour ». Des explications qui n’ont pas satisfait le député Ophir Akounis, du Likoud: ce dernier a réfuté les arguments de Tibi et a ajouté qu’il ne pouvait pas croire que Tibi s’était exprimé ainsi sans préméditation. Akounis a précisé: « Les déclarations qui figurent dans l’interview, citées de la bouche du député Tibi, constituent une suite logique de son activité contre la sécurité de l’Etat ». Akounis a encore souligné qu’il avait déjà porté plainte contre Tibi auprès du conseiller juridique du gouvernement, afin qu’une enquête soit ouverte suite à l’implication du député arabe dans la flottille libyenne. Il a demandé qu’une nouvelle charge soit ajoutée au dossier de Tibi « qui ne cesse d’œuvrer contre les intérêts sécuritaires d’Israël ». A Kadima, un député a également protesté contre l’attitude de Tibi: Yohanan Plesner a déclaré mercredi soir que « la révélation publique de données non fondées était superflue et mettait en danger la stabilité de la région ».

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

1 comment

  1. Tsur

    Je pense qu’il faut accorder a Tibi la meme liberte d’expression, qui est accordée aux juifs, membres de parlements dans les pays arabes, c’est a dire RIEN.
    Il est evident que ce monstre est anti Israelien, anti juif, et bien plus encore.
    La gouvernance Israelienne, et les membres de son parlement, sont d’une stupidité aberante.
    Que se passerait il si a l’Assemblée Nationale un parlementaire disait le dixieme de ce que dit TIBI a la Knesset.
    A se demander ou va t-on..???!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.