Kaveh : « Je limogerai tout Professeur qui appellera au boycott d’Israël »

Le Président de l’Université « Bar-Ilan », Prof. Moshé Kaveh, n’est pas connu pour être intolérant. Mais il se dit actuellement « très irrité et contrarié par la tendance de plus en plus fréquente de la part de professeurs d’université israéliens d’appeler publiquement au boycott académique d’Israël ». Il a annoncé « qu’il limogerait désormais tout enseignant de son Institution qui appellerait à un tel boycott ». Lors d’un colloque à Kfar Blum, en Haute-Galilée, il a déclaré : « Comment est-ce possible qu’un membre du personnel enseignant se tienne debout devant ses étudiants et leur demande de boycotter leur propre pays ?!!! ». Et de rajouter cette phrase qui mériterait méditation de la part de ces universitaires : « Il est facile pour un enseignant d’avoir le courage de critiquer l’Institution dans laquelle il travaille, mais il faudrait alors qu’il ait le même courage d’en démissionner et la quitter ! Et sinon, je me chargerai de le limoger ! ». Les applaudissements qui ont suivi ces propos ne laissèrent pas la place au doute quant à l’avis du public. Même le ministre de l’Education, Guidon Saar, assis à côté de lui sur l’estrade, approuvait avec enthousiasme : « Lorsque l’on appelle au boycott académique d’Israël, on ne porte pas seulement atteinte à l’Institution qui nous paye notre salaire, m mais on port atteinte à la liberté académique ». Comme prévu, les propos du Professeur Kaveh ont été critiqués par des membres du corps universitaire, qui comme à l’accoutumée, font barrage avec l’argument choc : « Ces propos sonnent comme le début d’un régime anti-démocratique qui veut supprimer la liberté d’expression. Ces menaces de la part du Président d’une Université sont inadmissibles ». L’arroseur arrosé…

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This
335 0 Jul 23, 2010

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.