Liban : fortes tensions après les révélations du Hezbollah

Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah a annoncé que des membres de son parti allaient être mis en cause par l’ONU dans l’assassinat du dirigeant Rafic Hariri.

La retour de la peur pour les habitants chiites

“La crainte aujourd’hui est la menace d’une explosion dans un lieu de prière de la banlieue sud de Beyrouth (à majorité chiite) (…), d’une attaque contre un hôpital dans une région chiite de Beyrouth“, écrivait Al Akhbar, quotidien proche du Hezbollah, s’inquiétant de la réaction “de la rue sunnite“. Nasrallah a lui-même affirmé jeudi que le Liban entrait “dans une phase délicate“.

Rafic Hariri, ancien Premier ministre devenu opposant à l’hégémonie de Damas au Liban, a été tué avec 22 autres personnes dans un attentat à la camionnette piégée à Beyrouth le 14 février 2005.

Les deux premiers rapports de la commission d’enquête de l’ONU avaient conclu à des “preuves convergentes“ mettant en cause les renseignements syriens et libanais.

Lire l’article complet sur Le Nouvel Obs

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.