Paris tente de propulser le Rafale en Libye

C’est le chef d’état-major particulier de Nicolas Sarkozy, Benoît Puga, à la tête d’une délégation, qui avait organisé une mission pour relancer les négociations avec les Libyens. Et les industriels (Dassault, Thales et MBDA) sont finalement restés sur place pour poursuivre les discussions techniques avec le patron des achats d’armement libyen, le général Abdurrahman Ali Alsead, un proche du dictateur et seul habilité à traiter des contrats d’armement. Cette brutale accélération des négociations pourrait déboucher, selon certains, sur la signature d’un contrat avant le début de la période du ramadan, qui commence le 11 août. Mais la plupart des sources contactées par “La Tribune“ soulignent le calendrier complètement “imprévisible“ d’une telle décision en Libye. “Les discussions avancent bien, mais pour dire quand nous allons signer, il faudrait pouvoir lire dans le marc de café“, souligne un industriel

Lire l’article complet sur latribune.fr

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.