C’est quoi un salafiste (français)?

Cela prend plus ou moins de temps mais l’impétrant finit un jour par «se réveiller salafi, dormir salafi, penser salafi, manger salafi, bref vivre salafi». Comme cela est (presque) arrivé au chercheur Samir Amghar, dont l’ouvrage Le salafisme d’aujourd’hui. Mouvements sectaires en Occident , propose une immersion dans le quotidien des salafistes. Pour nous, ces derniers se résument souvent à d’hâtives silhouettes croisées dans la rue. Hâtives, étonnantes, dérangeantes, effrayantes même. Mais Samir Amghar, lui, est allé bien au-delà. «J’ai développé une relation d’amour-haine avec eux, dont il a fallu que je m’extirpe pour retrouver l’objectivité du chercheur», reconnaît-il. C’est au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 que ce jeune sociologue décide de consacrer sa thèse de doctorat aux salafistes qu’on accuse d’être des proches d’al-Qaida. Samir Amghar ne conçoit pas son boulot de chercheur autrement que sur le terrain, immergé dans le matériel qu’il étudie, bien loin des tours d’ivoire académiques. Normal après tout, et signe de sérieux ““excepté que son «objet», son «matériel» d’étude à lui est constitué par une véritable «organisation sectaire», l’un des groupes religieux les plus hermétiques qui soient . Qu’est-ce qu’un salafiste (français)? Nous avons soumis à Samir Amghar neuf clichés qui circulent à propos de ces «musulmans primitifs». …

Lire l’article complet sur slate.fr

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.