Liban : des explosions nocturnes à Tyr (Tsor) en guise d’avertissement adressé à la FINUL, à l’Italie, à la France et aux Chrétiens

Liban : des explosions nocturnes à Tyr (Tsor) en guise d'avertissement adressé à la FINUL, à l'Italie, à la France et aux Chrétiens

Deux fortes explosions ont visé, tôt ce mercredi matin, un hôtel fréquenté par les étrangers travaillant à la FINUL, et un débit de boisson appartenant à un chrétien, dans la ville de Tyr (Tsor), au Sud-Liban. Il ne fait pas de doute que le choix des cibles est significatif. Les commanditaires et les auteurs de ces attentats cherchent à rappeler aux pays membres de la FINUL et aux minorités les capacités de nuisance du régime syrien, menacé de toutes parts. Les deux attentats n’ont pas fait de victimes. Le premier a sérieusement endommagé l’hôtel Queen Elissa, situé près de la plage de Tyr (Tsor), et qui abrite une discothèque fréquentée par les étrangers, membres et employés de la FINUL. Cet attentat intervient au lendemain des menaces proférées par les agents de la Syrie au Liban, notamment Weäm Wahhab, qui ont à maintes fois rappelé la vulnérabilité de la FINUL. Ils ont affirmé que ” la chute du régime syrien entraînera le chaos régional et rien ne pourra alors garantir la sécurité des soldats onusiens “. C’est en tout cas la lecture que nous a livrée un ancien officier italien de la FINUL. Notre source à Rome redoute en effet la multiplication de ces actes contre les Italiens et les Français notamment. En visant les soldats italiens, les terroristes et leurs commanditaires chercheraient à profiter du vide gouvernemental en Italie, et de la crise financière qui a provoqué la chute de Silvio Berlusconi. Les terroristes espèrent ainsi forcer Rome à retirer ses unités. Les Français de la FINUL seraient menacés, ajoute notre source, pour les positions fermes de Nicolas Sarkozy et d’Alain Juppé dans le dossier syrien. L’autre explosion, quasi simultanée, a visé un commerce qui vend de l’alcool, situé à l’entrée du quartier Chrétien de Tyr (Tsor) et appartenant à un chrétien. Il ne fait pas de doute que cet attentat vise à terroriser la population et à la pousser à s’accrocher à la dictature syrienne et à la défendre, Assad “étant présenté au Liban comme le garant de la sécurité des minorités. En effet, cet attentat intervient au lendemain de l’arrestation de cinq ressortissants syriens à Nabaa (quartier est de Beyrouth), qui ont reconnu leur implication dans une série de meurtres commis depuis septembre dernier. Ces cinq frères – dont trois avaient été naturalisés libanais en guise de récompense pour services rendus – étaient des agents des Services syriens et constituaient une cellule dormante, affirment plusieurs sources libanaises proches de l’enquête. Depuis début septembre, ils ont commis 11 homicides dans la région chrétienne, pour terroriser la population et diffuser un climat d’insécurité, en guise d’avertissement adressé aux Chrétiens souverainistes concernant ce qui pourrait ” leur arriver en cas de chute de leur protecteur syrien “. Car, le régime de Bachar Al-Assad, ses relais au Liban et en Occident (le général Michel Aoun, le Hezbollah, et certains intellectuels et journalistes autoproclamés en Europe) rappellent régulièrement ce qui est arrivé aux Chrétiens en Irak depuis la chute de Saddam Hussein, oubliant de préciser que le chaos en Mésopotamie était l’œuvre de la Syrie et de l’Iran ; deux pays qui se disent fiers d’avoir mis en échec la démocratisation américaine et la politique de Washington dans ce pays. Les agents et relais de Damas mettent également en exergue les violences qui visent les Coptes en Egypte. Mais ils font semblant d’oublier que ces violences ne datent pas d’aujourd’hui. Même sous Hosni Moubarak, les Coptes n’ont jamais joui d’une réelle sécurité. Les nombreuses mises en garde contre le chaos qu’entraînerait la chute du régime syrien et les menaces contre la FINUL et les minorités, semblent ainsi mises à exécution à Tyr (Tsor), le jour où la Ligue arabe et la Turquie doivent prendre une décision capitale. La réunion turco-arabe qui se tient ce mercredi à Rabat (Maroc) est un tournant décisif qui doit sceller le sort de Bachar Al-Assad. En outre, sur le terrain, l’Armée Syrienne Libre accentue la pression sur les forces du régime, ce qui accélère les désertions et affaiblit considérablement le dispositif répressif du régime. La nuit dernière, une explosion a détruit l’antenne d’un service de renseignement de l’armée de l’air (le plus important et le plus redoutable service syrien) à Harasta, à une trentaine de kilomètre de Damas. L’étau se resserre sur le régime, d’où le double avertissement de Tyr (Tsor), affirment les observateurs.

Lire l’article complet sur MediArabe.info

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.