Le système bancaire sans intérêts va-t-il détruire l’économie de la Turquie ?

C’est la thèse implicite de l’analyse de David Goldman dans « avis de rappel pour le modèle turc ». Après avoir qualifié l’économie turque de bulle qui risque « l’éclatement, à commencer par le marché boursier et la monnaie nationale”, il fait cette observation au sujet du Premier ministre :

Erdogan , parmi tous les chefs de gouvernement en exercice, est celui qui a les idées les plus étranges sur l’économie. Il légitime la bulle du crédit par des raisons religieuses, s’engageant à plusieurs reprises à réduire le taux “réel” d’intérêt (le coût d’intérêt moins le taux d’inflation) à zéro. «Nous visons à réduire le taux d’intérêt réel à long terme, afin que les gens augmentent leurs revenus par le travail, non pas par l’intérêt[de l’argent] », a t–il déclaré en avril dernier. «Finalement, nous cherchons à égaliser le taux d’intérêt et le taux d’inflation.” Erdogan estime qu’agir ainsi serait répondre à l’injonction islamique [qui se prononce] contre les prêts à intérêt ; si le taux d’intérêt réel est nul, semble–t–il croire, l’interdiction de la charia[loi religieuse islamique] sur les intérêts est remplie de facto.

En d’autres termes, les idées financières loufoques d’Erdogan, qui sont susceptibles de ruiner l’économie de son pays, découlent directement de son rêve islamiste d’éliminer la riba (usure). De façon plus générale disons que le programme islamiste économique se saborde lui–même.

Lire l’article complet sur fr.danielpipes.org

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.