Damas se prépare à la guerre

Les témoignages montrent que les habitants de la capitale redoutent les combats, qui se rapprochent.

Pendant que les forces en présence préparent la bataille de Damas, les habitants sont aussi en proie à d’autres angoisses économiques et sécuritaires. «Les gens sont davantage préoccupés par la hausse phénoménale du prix des œufs, du lait et d’autres denrées essentielles que par les confrontations armées», observe un petit fonctionnaire. «Le salaire moyen de 20 000 livres syriennes [200 euros avant les troubles] ne suffit plus à nourrir une famille de trois enfants», explique–t–il. Dans le même temps, amplifiés par les rumeurs et l’intoxication, les signes d’insécurité se multiplient. Vols, racket, enlèvements – d’enfants notamment –, demandes de rançon… des histoires effroyables circulent entre les gens entretenant le climat de terreur. Face à tant d’incertitudes, «j’ai envie de fermer les yeux et de plonger dans un long sommeil jusqu’à ce que tout soit fini», confie une bourgeoise de Damas qui soupire : «Je sais que le pire est devant nous !»

Lire l’article complet sur Liberation

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.