Les Syriens célèbrent le premier anniversaire de leur révolution

Les Syriens célèbrent le premier anniversaire de leur révolution

Le peuple syrien célèbre aujourd’hui le premier anniversaire de leur révolution, et promet de la poursuivre jusqu’à l’obtention de sa liberté et de sa dignité, bafouées depuis le coup d’Etat qui avait propulsé le parti Baath au pouvoir, en 1963. En ce jour particulier, l’Armée Syrienne Libre affirme avoir capturé le général Naïm Al–Auda, lors des combats qui l’ont opposé hier aux forces du régime, à Douma. Dans un enregistrement vidéo, l’ASL donne au régime 72 heures pour libérer tous les activistes de Douma, détenus par les multiples services de renseignement, pour libérer le général Al–Auda. Si le régime fait la sourde oreille, le général sera exécuté en public au terme de l’ultimatum. Ce jeudi, des combats sont signalés dans les faubourgs de Damas, notamment à Al–Qaboune et à Jobar, entre les déserteurs de l’ASL et les forces du régime, et des manifestants tentent de couper la route de l’aéroport international de Damas, avec des pneus en feu. Cette mobilisation pour commémorer la révolution et lui donner un nouveau souffle interviennent au lendemain de nouveaux massacres commis par le régime à Idleb, reprise hier au terme de quatre jours de violents combats. Une dizaine de personnes a été exécutée par les forces du régime dans la localité de Ayn Lozar, dans la province d’Idleb. Les violences étatiques ont fait hier plus de 80 morts. Les ” succès ” militaires du régime à Homs et Idleb, réalisés sur les cadavres de centaines de personnes ont poussé Bachar Al–Assad à rejeter les propositions de Kofi Annan pour une sortie de crise. La réponse syrienne négative à l’émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe confirme que Bachar Al–Assad sontinue à manœuvrer pour gagner du temps. Le quotidien libanais ” An–Nahar ” affirme que Bachar Al–Assad a remis à Kofi Annan trois conditions préalables à tout cessez–le–feu par le régime. Les groupes terroristes armés doivent commencer par déposer les armes ; les pays limitrophes doivent cesser d’envoyer des hommes et des armes aux insurgés ; les pays étrangers doivent s’abstenir de financer l’insurrection. Ce qu’est qu’après la satisfaction de ces conditions que le régime abandonnera la violence. En somme, Assad voudrait continuer à disposer des Syriens sans que le monde s’en émeuve et sans que le peuple ne puisse bénéficier de la moindre aide. Au premier anniversaire de la révolution, les Syriens ne se soucient plus des tergiversations du régime. Ils promettent de poursuivre leur combat pour la liberté et la dignité, deux objectifs incompatibles avec le maintien du Baath et de Bachar Al–Assad au pouvoir. A l’inverse, Assad et ses services ce 15 mars des manifestations de masse à travers le pays, pour montrer que les Syriens (les membres du parti, les fonctionnaires et les élèves, forcés à manifester, ainsi que les centaines de figurants traditionnellement acheminés depuis le Liban) aiment leur président et sont solidaires avec lui… Mediarabe.info

Lire l’article complet sur MediArabe.info

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.