Tueurs sans frontières

L’éditorial de Issa Goraieb

Une fois de plus, et pour ne rien changer, le pouvoir syrien manque à ses engagements prétendument solennels : en l’occurrence, la promesse faite à Kofi Annan de retirer dès hier l’armée des villes, en prélude à un cessez–le–feu entrant en vigueur demain matin. Car non seulement les renforts militaires affluent vers les cités assiégées et férocement bombardées, mais tel un taureau furieux échappé de son enclos, c’est hors de son propre territoire, et en plus d’une direction, que le régime a entrepris de porter ses coups.

Lundi était directement visé, pour la première fois, un de ces camps de réfugiés syriens aménagés du côté turc de la frontière : cela à la veille même d’une tournée dans ce même secteur de l’émissaire spécial de l’ONU et de la Ligue arabe. Quelques heures plus tard, c’est sur la voiture d’une équipe de la chaîne de télévision locale New TV circulant en territoire libanais que se sont acharnés, deux heures durant, les tirs, se soldant par la mort du jeune et infortuné cameraman Ali Chaabane.

Lire l’article complet sur lorientlejour.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.