Edith Ochs – Günter Grass, l’impudique

“Je me suis mal exprimé”, s’insurge Günter Grass qui revendique la même liberté d’expression que les jeunes. Cet “autre pays” qu’il s’interdit de nommer (“…?jenes andere Land beim Namen zu nennen”), ce n’est pas Israël, mais le Premier ministre israélien. Et allons donc. Comme Catherine Ashton il y a 3 semaines, Günter Grass a été mal compris.

Que vaut la caution morale de cet homme? Il est vrai qu’il voulait libérer la parole d’une génération qui a, pour beaucoup, survécu en cachant ses crimes, et sortir son brûlot la veille du traditionnel défilé du week–end pascal en Allemagne, c’était bien joué. Sans ce poème de Grass, les manifestations pacifistes anti–nucléaires risquaient de passer inaperçues et parions qu’Israël y a figuré en bonne place. Pour un peu, on croirait que le succès de la brochure de Stéphane Hessel a tourné la tête au vieil écrivain.

Qu’a fait Günter Grass, depuis 65 ans, pour “réparer” son passé de SS? S’il ne pouvait se faire pardonner, qu’au moins il se fasse oublier. Ecrivain, poète, artiste, plus on est “grand”, plus on est responsable de ses actes. Günter Grass est comme ces vieillards impudiques.

Lire l’article complet sur huffingtonpost.fr

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.