Shama : « Les réalisateurs du film ‘Ajami’ sont des terroristes ! »

Des échanges de propos très vifs ont été entendus dimanche matin lors d’un débat à la Commission parlementaire de l’Economie.

Une discussion sur les autorisations de diffusion à la télévision, a dévié sur le thème général des liens entre la production artistique et la politique.

Ophir Akounis (Likoud) Président de la dite commission, a dit « que les médias ne reflètent absolument pas l’état d’esprit politique majoritaire de la population du pays, mais qu’ils sont systématiquement à gauche ».

Concernant la production cinématographique à proprement parler, Akounis a demandé « à ce que le microcosme étroit qui se réduit aux rues Shenkin et Rothschild de Tel-Aviv soit enfin élargi à d’autres horizons, car il est complètement déconnecté du peuple ».

Son collègue de parti Carmel Shama a pris part au débat, et a surenchéri, en déclarant « qu’un auteur dramatique israélien qui crache sur Israël à l’étranger est comme un terroriste ». Il accusait ouvertement les auteurs israéliens « d’avoir soutenu le réalisateur du film ‘Ajami’, Scandar Copti, qui a reçu des subventions de l’Etat, et qui s’est ensuite exprimé publiquement à l’étranger contre l’Etat d’Israël ». Ces propos n’ont pas plu à tout le monde. Rani Blair, auteur et présent aux débats, déclarait « qu’il ne croyait pas ses oreilles d’entendre de tels propos dans un pays démocratique » (sic). Même Nahman Shaï (Kadima), prenait position sur ce point contre les députés Likoud : « Il n’est pas dans le rôle de l’Etat de fixer quels genres de films doivent être réalisés en Israël. Les réalisateurs doivent pouvoir produire n’importe quel film» !!! Démocratie…

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.