Comment le contre-espionnage a égaré la fiche de Merah

Bernard Squarcini, le chef de la Direction centrale du Renseignement intérieur (DCRI), est formel. Ses services n’auraient entendu parler de Mohamed Merah qu’en novembre 2010, et ce pour la première fois.

Or Mohamed Merah a bien été fiché comme susceptible d’attenter à la sûreté de l’Etat dès 2006. Suite à l’opération conduite à Artigat, les Renseignements généraux (ancêtres de la DCRI) avaient émis une fiche “S”, comme sûreté de l’Etat, à son nom, le désignant comme “membre de la mouvance islamiste radicale, susceptible de voyager et de fournir une assistance logistique à des militants intégristes”. La procédure implique que les policiers contrôlant un individu fiché “S” signalent sa présence aux RG et recueillent un maximum de renseignements sur lui (provenance, destination, moyens de transport, etc.). Bref, qu’ils le surveillent étroitement, “sans attirer l’attention”.

C’est du reste ce qui s’est passé le 18 novembre 2007, à 1h30 du matin, lors d’un contrôle au col du Perthus, à la frontière espagnole, comme l’a révélé M6. Merah se trouvait dans une BMW immatriculée à Toulouse, en compagnie de deux petits voyous de cité. Bernard Squarcini paraît l’ignorer. Voici pourquoi.

Lire l’article complet sur Le Nouvel Obs

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.