L’espion israélien etait un haut-cadre du mouvement de Michel Aoun, allié du Hezbollah

« Nous sommes calmes et notre esprit est clair, malgré certains incidents qui nous inquiètent, en l’occurrence ce qui s’est produit avec le général Fayez Karam. (…) Ce n’est pas tant l’événement en lui-même qui nous choque, mais la personne, au cas où elle viendrait à être incriminée », a indiqué Michel Aoun dans le cadre d’une allocution prononcée au cours d’un congrès du CPL sur l’émigration.

Par ailleurs, le général Aoun a mis l’accent sur le fait que « nul ne peut accuser le Hezbollah d’avoir assassiné Rafic Hariri, parce qu’il n’y a aucune preuve de cela ». « La sécurité de quatre millions de Libanais est plus importante, pour nous, que la justice, si jamais il y en a une », a-t-il ajouté, estimant que « l’objectif d’Israël et de ses alliés est d’implanter les Palestiniens ».

Lire l’article complet sur lorientlejour.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.