Diana West- Israël isolé dans la guerre contre le terrorisme

Adaptation française de Sentinelle 5772 ©

Le journal “Washington Free Beacon” a rapport cette semaine l’omission continue d’Israël par une organisation parrainée par les USA appelée ‘Forum mondial contre le terrorisme’ (GCTF en Anglais). A une réunion récente d’un forum en Espagne, Maria Otero, sous–secrétaire d’Etat américaine pour la sécurité civile, la démocratie et les droits de l’homme, a fait un discours intitulé « Victimes du terrorisme », mais dans son rappel dans victimes, elle n’a pas mentionné Israël. La conférence où laquelle elle a parlé était décrite comme « une conférence de haut niveau sur les victimes du terrorisme », mais Israël n’était pas participant.

Il faut le répéter parce que c’est si fantastique : à une conférence internationale dédiée aux victimes du terrorisme, la principale victime du terrorisme, mieux, la principale cible du terrorisme – Israël – n’était nulle part en vue, ni mentionnée.

Bienvenue au GCTF – nouveau contre–terrorisme américain « normal ». Cette organisation de 30 membres a démarré officiellement en septembre dernier comme « initiative majeure » du gouvernement Obama lorsque la secrétaire d’Etat Hillary Clinton annonça son lancement à New York.

C’était une réelle opportunité ; Hillary boucla ses cheveux. Assise à côté de son co–président turc, environnée de ministres d’Algérie, d’Egypte, d’Indonésie, de Jordanie, du Maroc, du Pakistan, du Qatar, d’Arabie saoudite, des Emirats Arabes Unis, et de 18 autres divers Etats plus l’Union Européenne, elle prononça alors les mots magiques : » de Londres à Lahore, de Madrid à Bombay, de Kaboul à Kampala, ce sont des civils innocents qui ont été ciblés… »

Jerusalem, Tel Aviv, Ashkelon? Pouf, oubliés. Et c’est la question : cette nouvelle organisation du contre–terroriste, avec son centre relié au contre–terrorisme arrivant bientôt à Abu–Dhabi, est Judenrein. Ce n’est pas un hasard, elle est aussi hautement islamique. Onze Etats membres, un peu plus d’un tiers des membres de l’organisation – appartiennent aussi à ‘l’Organisation de la Coopération Islamique’ (OCI), bloc de 56 pays islamiques oeuvrant à imposer la loi islamique (shariah) dans la monde entier. Six de ces onze membres appartiennent en plus à la Ligue Arabe.

Les deux groupes ont défini le « terrorisme » pour exclure les victimes israéliennes (parfois les soldats américains), et les « terroristes » pour exclure des groupes dédiés à la destruction d’Israël, comme le Hamas et le Hezbollah. Il n’est pas étonnant que les membres arabo–islamiques veuillent maintenant s’unir dans un « contre–terrorisme » sans Israël.

Ce qui est à la fois choquant et honteux, cependant, c’est que les USA le feraient aussi. Cela montre que les USA ont implicitement mais clairement accepté les définitions de la Ligue Arabe / OCI du terrorisme et des terroristes.

De même qu’en Libye, où les U.SA ont soutenu le parti lié au jihad, de même qu’en Egypte (idem), de même qu’en Syrie (idem, ce virement de bord n’induit qu’un faible commentaire. Oh bien sûr, il y a eu quelques media jappant le mois dernier quand Hillary s’est envolé pour Istanbul prononcer une autre incantation ignorant Israël sur les efforts pour vaincre « l’idéologie extrémiste ». Deux – comptez–les bien, deux sénateurs américains (l’indépendant Joe Lieberman du Connecticut et le Républicain Mark Kirk de l’Illinois) lui écrivirent des lettres. Mais de telles plaintes ne sont rien comparées aux sourires et à la coopération advenant du cœur islamique du GCTF. Et c’était si aisé ! Pourquoi n’y avions–nous pas pensé plus tôt ? Tout ce que nous avons à faire est de voir les choses à la manière dont le monde islamique les voit ; prétendre que des choses comme Israël n’existent pas (exactement comme les cartes dans les pays arabes l’indiquent déjà) ; et insister du fait que l’islam est un avantage pour l’espèce humaine – et pas la doctrine animant le jihad mondial contre Israël et l’Occident plus généralement.

Je voudrais dire ici que tout cela est quelque chose que le président Barack Obama a initié, mais une telle conciliation est quelque chose qui remonte loin en arrière. Si nous regardons la Guerre du Golfe en 1990–91, nous voyons que le même déni de l’existence d’Israël prend forme dans la constitution de la « coalition internationale » du président George H.W. Bush – sans Israël. La même chose est vraie en 2003 avec la formation de la « coalition des volontaires » en Irak (également en Afghanistan – sans Israël.

Ces omissions n’étaient en aucune manière dues à l’absence de volonté d’Israël de se joindre à la « guerre contre le terrorisme ». Elles étaient dues à la même pression islamique en jeu aujourd’hui. Mais les deux Bush se sont inclinés face à elle, acceptant un état de dhimmitude ( infériorité des non–musulmans face à l’islam) pour l’illustre privilège de répandre le sang et le trésor américains dans le désert ingrat. Israël, s’accordèrent les deux Bush avec leurs « alliés » islamiques, n’était pas adapté pour combattre sur le sable islamique. Ainsij, Israël fut exclu de ces alliance en temps de guerre.

Une telle dhimmitude ne fait que s’intensifier, comme le montrent les derniers développements. Sous les Bush, après tout, alors qu’Israël n’était pas autorisé à combattre avec les forces de la coalition, au moins était–il encore reconnu pour avoir résisté plus de 60 ans aux attaques terroristes islamiques. Aujourd’hui, sous les auspices du gouvernement Obama, Israël ne mérite même pas d’être mentionné comme une victime. Le « Grand Satan » a jeté le « Petit Satan » aux requins. Ce qui dit deux choses sur les Grand Satan. Nos institutions voient maintenant le monde du point de vue islamique, et en ce qui concerne les requins, nous sommes les prochains sur la liste.

Lire l’article complet sur jewishworldreview.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.