Dangereux d’être bronzé à Téhéran

Le régime iranien, qui s’y connaît en matière de répression, est donc venu à bout du «mouvement vert» surgi à la réélection contestée du président Ahmadinejad, en juin 2009. Les Verts, aujourd’hui, ne semblent plus être qu’une poignée d’internautes discrets, évoluant dans une Toile iranienne hyper-surveillée et ralentie à souhait par une équipe de hackers affidés au guide suprême Ali Khamenei.

Dès lors, l’équipe présidentielle peut se consacrer à d’autres tâches. L’une d’elles est de saison: les hommes et les femmes qui flanquent les milices des mœurs, recréées par Mahmoud Ahmadinejad en 2008, ont désormais pour mission de contrôler non seulement que les filles soient bien voilées et que les garçons aient les cheveux courts, mais aussi leur bronzage. Si certaines parties du corps des jeunes Iraniens devaient être hâlées, il y a péché sous roche et châtiment à craindre.

Lire l’article complet sur Le Temps (Suisse)

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.