Le Shin Beth critiqué par la justice

Le Shin Beth a fait l’objet de vives critiques de la part de la justice, dans l’affaire des interrogatoires poussés auxquels est soumis depuis plus d’un mois un citoyen soupçonné d’avoir assassiné quatre Arabes dans le début des années 90.

Les services secrets sont en effet parvenus au terme de la période de garde à vue maximale autorisée par la justice, avant de présenter une demande de la proroger. Cette requête a donc été rejetée par le tribunal de police de Petah-Tikva. Les douze jours supplémentaires n’ont pas été accordés par la justice, et il est fort probable que celui que les médias ont affublé du sobriquet de «terroriste juif» puisse rentrer chez lui dès mercredi.

L’avocat Adi Kedar estime que cette affaire est sur le point de s’achever: «Le tribunal a eu le courage de dire tout haut ce que nous avons soutenu depuis le début de cette enquête, a-t-il déclaré. Ce dossier piétine. Les éléments d’enquête sont en possession de la police, qui comprend qu’elle se trouve dans une voie sans issue. Il est regrettable d’avoir attendu 30 jours pour parvenir à cette conclusion.» Haïm Perlman, 30 ans, est marié et père de trois jeunes enfants. Il a été arrêté à son domicile, dans la région d’Ashdod, pour les soupçons qui pèsent sur lui dans l’affaire d’un tueur en série qui a sévi dans la région de Jérusalem voici plus de dix ans. Pendant une certaine période, quatre personnes avaient été assassinées et 7 autres s’étaient plaintes d’une tentative de meurtre. Les proches de Perlman ont dès le début d’une affaire préparée par le Shin Beth, l’intéressé ayant refusé, selon eux, de «travailler» pour lui.

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.