La liberté de la presse, point (très) noir du bilan d’Erdogan

TURQUIE Les bilans se suivent, accablants, et font tous de la Turquie un égal de la Chine, l’Iran ou la Russie. Dix ans après son arrivée au pouvoir, le gouvernement islamo-conservateur turc est dénoncé comme l’un des plus répressifs de la planète contre la presse. Publiée mi-octobre, à deux semaines du dixième anniversaire de la victoire du Parti de la justice et du développement (AKP) aux élections de 2002, la conclusion du rapport du Comité pour la protection des journalistes (CPJ) ne pouvait plus mal tomber. Avec 76 détenus, la Turquie détient le record mondial du nombre de journalistes emprisonnés. Les commentaires de l’ONG basée à New York sur les atteintes à la liberté de la presse ne sont guère plus amènes pour Ankara. « Le gouvernement du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a mis en œuvre une des plus vastes opérations de répression de la liberté de la presse de l’histoire récente », écrit le CPJ.

Lire l’article complet sur lorientlejour.com

Share This
342 0 Nov 3, 2012

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.