Turquie. Le bilan contrasté de la décennie Erdogan

Le Parti pour la justice et le développement (AKP) tient les rênes de la Turquie depuis maintenant dix ans. Le Premier ministre Erdogan peut se vanter d’un bilan économique flatteur. Mais sa pratique du pouvoir inquiète.

Autre point noir du bilan de l’AKP: avec 76 détenus, la Turquie détient le record mondial du nombre de journalistes emprisonnés, souligne le rapport du Comité pour la protection des journalistes. Pour le sociologue Ferhat Kentel, de l’université stambouliote Sehir, cette «révolution» s’est arrêtée il y a deux ans, depuis que la nouvelle classe bourgeoise anatolienne qui constitue la base électorale de l’AKP, débarrassée du contrôle des militaires, a assuré sa mainmise sur le pouvoir. «Je vois de plus en plus une approche autoritaire, même totalitaire, venant de l’AKP», décrit le sociologue.

Lire l’article complet sur Le Telegramme de Brest

Share This
227 0 Nov 5, 2012

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.