Nétanyahou achève son voyage en Grèce

Après avoir passé deux jours en Grèce, le Premier ministre et son épouse sont rentrés ce mercredi en Israël. Netanyahou semble satisfait des résultats de sa visite. A l’issue de ses rencontres avec les dirigeants du pays, il a tenu à souligner que ce n’était pas Israël qui avait provoqué la dégradation des relations avec la Turquie, rappelant au passage que ces tensions avaient tout de même permis à Jérusalem et Athènes de resserrer leurs liens « dans un intérêt commun ». Netanyahou s’est d’ailleurs vanté de n’être jamais allé en Turquie, déclarant avec humour qu’il devait sans doute être « le seul Israélien à n’avoir jamais mis les pieds dans ce pays ». Et d’ajouter : « Je ne pense pas que je m’y rendrais prochainement ». Le Premier ministre a indiqué que les Grecs semblaient prêts à accueillir les touristes israéliens et qu’il œuvrait pour sa part pour que 200 000 d’entre eux fassent ce voyage chaque année. Mais les discussions ont porté sur d’autres domaines: il est question notamment d’une coopération militaire étroite entre les deux pays et de projets communs portant entre autres sur l’énergie renouvelable. A la fin de leur séjour, le couple Netanyahou a effectué une promenade en mer avec les Papandréou, à bord d’un bateau de type Saar 4, vendu par Israël à la Grèce. Lors d’un entretien avec les journalistes israéliens, Netanayhou a évoqué le conflit israélo-palestinien et a rappelé que cela faisait déjà un an et demi qu’il disait que l’ouverture de pourparlers directs entre les deux camps était indispensable et qu’ils devaient débuter sans conditions préalables. Quant aux exigences du Quartette, il ne semble pas s’en émouvoir outre mesure, et affirme qu’elles ne sont pas nouvelles. Petit détail intéressant rapporté par Israel Hayom: ce n’est qu’à minuit que le Premier ministre a pu rentrer en Israël, après sept heures d’attente. Pour quelle raison ? Parce qu’il devait prendre un avion commercial en provenance d’Europe. Généralement, lorsque le chef du gouvernement est en déplacement à l’étranger, un appareil est mis immédiatement à sa disposition sur la piste de l’aéroport local pour assurer son retour à l’heure qui lui convient. Mais cette fois, vu la saison touristique, il n’était pas possible de maintenir au sol un avion pendant plusieurs heures et il a donc dû voyager à l’aller dans un Charter de la compagnie Arkia et au retour dans un vol El Al

Lire l’article complet sur israel7.com

Share This

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.