La dérive autoritaire du «sultan»

Erdogan concentre sur sa personne toutes les frustrations.

La colère de la rue depuis une semaine marque une rupture. Orgueilleux, coupé de l’opinion, il est convaincu d’avoir été choisi par Dieu pour diriger son pays.

Lire l’article complet sur Le Temps (Suisse)

Share This

About the author

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.